cambouis.com

Quelle huile pour un compresseur de climatisation utilisé en compresseur d'air ?

Pour lubrifier un compresseur de climatisation modifié pour produire de l'air comprimé, on peut lire un peu partout que la Dexron est le bon choix car elle "n'attaque pas les caoutchoucs", et que les huiles hypoïdes (huiles de pont) sont trop agressives en raison de leur teneur en soufre. Il s'avère que c'est exactement le contraire !

Sommaire

Introduction

Il est très courant de détourner un compresseur de climatisation automobile pour lui faire produire de l'air comprimé. Mais ces compresseurs ne sont pas du type "à sec", et doivent impérativement être lubrifiés. Se pose alors la question de savoir quoi lui donner. Compte tenu de son utilisation sporadique, il peut se contenter d'à peu près n'importe quoi et en très faible quantité. Mais il ne faut pas oublier que tout ou partie du lubrifiant finira dans les chambres à air ou les pneumatiques (dans le cas de tubeless).

Or, huile et caoutchouc font généralement mauvais ménage. Souvent, ces compresseurs sont utilisés sans autre forme de procès, leur sortie étant directement reliée au tuyau de gonflage sans cuve ni filtre séparateur. L'expérience a montré que 30 cc d'huile spéciale compresseurs ISO VG 100 (équivalent à une monograde SAE 30) peuvent être évacués en très peu de temps : après le fonctionnement en continu d'un Sanden pendant plus d'une heure, toute l'huile contenue dans le carter (30 cc environ) avait été évacuée. Il est probable que cette huile ait disparu pendant les premières minutes...

Personnellement, je n'utilisais pas de Dexron en raison de sa trop faible viscosité, mais une huile spéciale compresseurs ISO VG100.

Expérience

Une idée répandue sur le net est que la Dexron est d'une totale innocuité, et que les huiles de transmission sont à éviter absolument. Il fallait en avoir le coeur net, d'où quelques expériences. des échantillons de chambre à air on été découpés puis plongés 21 jours dans différents fluides et lubrifiants :

  1. lubrifiant compresseur : Mecafer ISO VG 100 (ISO 100 <=> SAE30)
  2. Dexron : Elf Elfmatic G3
  3. Dexron : Minerva Matic DII
  4. huile moteur synthèse moto : Motul 5100 15W40
  5. huile moteur semi synthèse, marque de distributeur : LEHM TXS 15W50
  6. huile EP : Minerva EP 80W90
  7. huile EP : Minerva EP 90W140
  8. huile moteur synthèse moto (Fuchs) : Silkolene Pro 4
  9. huile EP : AD Auto EP 80W90
  10. par curiosité, pas un lubrifiant : Bendix 55+ DOT4
  11. par curiosité, pas un lubrifiant : Lockheed LHM ("liquide vert")
  12. huile de coupe : Igol Autocoupe 350 Plus
  13. par curiosité, huile de fourche : Bel Ray MC-45 SAE light
  14. par curiosité, huile pour filtres mousse : Bel Ray Foam Filter Oil
  15. par curiosité, huile pour filtres mousse : Castrol Foam Filter Oil
  16. graisse : Loctite lithium adhésive
  17. graisse : Loctite lithium normale
  18. graisse : Loctite BiMoS
  19. graisse : Castrol LMX

Certains de ces liquides ne sont pas des lubrifiants à proprement parler : liquides hydrauliques, liquides de frein, huiles pour filtres à air.


Presque tout ce qui traîne à portée de main va y passer


Une vieille chambre à air va servir de cobaye


Découpage des échantillons


Les échantillons sont mis à tremper 21 jours

Résultats

L'action de ces fluides sur le caoutchouc est évaluée qualitativement : gonflement et ramollissement.

 

 

 

Conclusion

L'idée reçue selon laquelle la "Dexron" est d'une totale innocuité pour le caoutchouc des chambres vole en éclats. C'est une légende urbaine. Cette huile est parmi les produits les plus agressifs.

La deuxième idée reçue selon laquelle les huiles de transmission (EP / hypoïd) sont trop agressives est également une légende urbaine. Ces huiles sont parmi les moins agressives pour les chambres à air.

Suite à ces essais, je trouve plus qu'imprudent d'utiliser un compresseur de climatisation en direct pour gonfler des pneus. J'estime indispensable d'utiliser une cuve traversée par le flux d'air et non pas simplement montée en dérivation, et de n'utiliser l'air comprimé qu'après passage à travers un filtre séparateur à coalescence. Enfin, le lubrifiant doit être un lubrifiant pour compresseurs d'air, car ce sont des produits spécifiquement étudiés pour faciliter le travail du filtre séparateur en se condensant facilement, avec l'humidité, dans ledit filtre.

A l'extrême, si on ne peut pas s'encombrer d'une cuve et d'un filtre, une graisse peut peut-être constituer une alternative car les rejets seront minimes grâce à leur viscosité, et qu'elles semblent assez peu agressives pour le caoutchouc des chambres. C'est d'ailleurs la lubrification par graisse que proposent Endless Air, et Extremeoutback pour son ExtremeFlow (deux compresseurs basés sur le Sanden)

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 16 juillet 2013
page ajoutée le 15 juillet 2006
dernière révision le 19 juillet 2006