cambouis.com

Extraire un goujon cassé

Casser un goujon est sans doute l'un des incidents les plus ennuyeux qu'il soit. La rupture ne laisse généralement dépasser que peu ou pas de longueur. Naturellement, l'objet de cet article n'est pas d'expliquer comment se servir d'une pince ! Ici, ça se passe avec une perceuse et un taraud.

Sommaire

Le problème

Ici, c'est un des goujons de fixation de descente d'échappement en sortie de turbocompresseur qui a été rompu. Il ne subsiste qu'un toute petite longueur accessible.


Un goujon de sortie d'échappement de turbo cassé

Le turbocompresseur est alors déposé. Un écrou est mis en place sur ce qui reste du goujon, puis une soudure est tentée. Elle se soldera par un échec.


Tentative par soudure d'un écrou sur ce qui dépasse

La solution

Ce qui dépasse est alors meulé en prenant garde de ne pas endommager le plan de joint. Un avant trou est pratiqué bien au centre. Deux impératifs sont à respecter :

Ici, il n'était pas possible d'immobiliser le turbocompresseur dans la perceuse à colonne. Le perçage a donc été fait à la main. Il faut être sûr de soi, et percer parfaitement dans l'axe. On se retrouve également dans cette situation si un goujon est cassé au niveau d'un bloc moteur par exemple.

A ce stade, on peut utiliser un extracteur "queue de cochon". Cependant, le risque est élevé de le casser également, et on n'en a pas forcément sous la main..


Perçage d'un avant trou dans l'axe

Si l'on ne dispose pas de queues de cochon, ou bien si l'on ne veut pas en utiliser, on passe délicatement un foret correspondant au diamètre du fond des filets : diamètre du goujon diminué du pas du filetage.

Le perçage doit être parfaitement dans l'axe, sinon les filets seront détruits.

Une fois ce trou réalisé, il est peu probable qu'il soit possible de faire venir ce qui reste du goujon sous forme d'un serpentin de métal. Il doit cependant être possible d'en dérouler une spire ou deux, ce qui servira à amorcer le passage du taraud. C'est lui qui finira d'éliminer ce qui reste du goujon.


Perçage "à fond de filet"

Le taraud finisseur est alors engagé, puis passé très délicatement, en revenant souvent en arrière, de façon à "nettoyer" le taraudage de ce qui reste du goujon.


Passage du taraud

Il ne reste plus qu'à placer un nouveau goujon.


Terminé !

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 16 juillet 2013
page ajoutée le 13 décembre 2003
dernière révision le 7 avril 2005