cambouis.com

Bloc-notes - 10 mai 2004

Fixations de la galerie de plancher.

Quelques contreplaques à réaliser...

Tout d'abord quelques clichés montrant le principe de fixation et sa mise en oeuvre.

La structure est divisée en deux zones. La partie située à l'avant du véhicule correspond grossièrement à celle de la banquette d'origine. La partie arrière correspond au coffre.

Les dix points de fixation sont indiqués ci-contre (seuls huit sont visibles).

Les cercles indiquent les accès aux boulons, réalisés à la scie à cloche dans les tubes de 40 x 40 x 2 mm. Tous les boulons sont en M10.

Les flèches désignent les fixations d'origine de la banquette repliable : deux boulons de chaque côté (la banquette repose sur le sol, et en dehors des charnières, seuls les systèmes de verrouillage du dossier assurent une liaison à la caisse).

La partie avant est conçue pour recevoir un ou deux sièges avant d'origine pouvant être placés indifféremment à gauche ou à droite.

Les flèches montrent les découpes faites à la scie cloche et permettant d'accéder aux écrous de fixation des glissières des sièges.

Fixation avant reprenant celle de la banquette. Les taraudages au pas impérial ont été refaits en M10 en raison du grippage de l'un d'entre eux.
Détail. L'image agrandie n'est pas de très bonne qualité. Une cornière est soudée à la structure dont elle assure la fixation par deux boulons (un seul est en place).

Les taraudages de fixation de banquette disponibles au plancher.

Les deux trous visibles en bordure de plancher correspondent à un système d'anneaux de fixation (attaches de sangles) qui ne sera plus utilisé (les trous seront obturés par de boulons poëlliers).

Ces fixations peuvent supporter une charge car elles sont au niveau de la caisse, dans une zones très rigide. Mais en réalité l'ensemble de la structure est destiné à reposer sur le tapis de sol de façon à répartir le plus possible les efforts, et limiter bruits et vibrations.

Deux autres fixations sont présentes au milieu.

  1. à ce niveau et de chaque côté se trouve le boulon de fixation de l'un des deux renforts transversaux situés sous le plancher (matérialisé par les traits blancs), et qui sont rivetés à ce dernier. Cette zone peut supporter une charge modérée. Le taraudage d'origine est passé de M8 à M10.
  2. c'est là que se situe l'une des deux fixations des boucles de ceintures passagers. Sous le plancher, il y a une petite contreplaque et une liaison de sécurité au châssis par un boulon à oeil. Ceci est indispensable pour éviter toute déchirure et rupture en cas de traction trop importante. Cette zone ne peut raisonnablement supporter d'effort qu'en cas d'accident.

La fixation désignée plus haut par le chiffre '1' correspond à ce que l'on aperçoit dans le cercle de gauche de l'image ci-contre.

nota : le véhicule a subi un body-lift et des cales sont visbles entre renfort et châssis.

Le boulon à oeil reliant la contreplaque en forme de U, et donc les ceintures, au châssis.

Cette contreplaque possède un écrou soudé au pas impérial qui a été remplacé par un autre au pas ISO M10, en raison d'un grippage. C'est à ces plaques que sont boulonnées les boucles de ceintures passagers.

(photo prise avant body-lift)

Fixation du renfort transversal situé sous le plancher. On ne peut pas faire subir une charge trop importante en raison de la finesse et l'étroitesse de la tôle.
Fixation de ceinture de sécurité. On voit les deux rivets retenant la contreplaque montrée plus haut.
Les attaches de ceintures telle qu'elles apparaissent une fois la banquette les boucles déposées.
A l'arrière, sur les côtés, des cornières sont soudées à la galerie afin de la fixer à la caisse. De larges contreplaques permettent d'accroître la charge admissible dans cette zone.
Détail des contreplaques en acier de 100 x 100 x 3 mm. Elles comportant un écrou M10 soudé au centre, et sont fixées sous la caisse par huit rivets pop étanches.

Deux autres fixations "de sécurité" ont été utilisées. Elles avaient été réalisées il y a un an pour sangler une roue de secours au plancher. Étant disponibles, il n'y avait pas de raison de ne pas s'en servir. Cependant, de nouvelles contreplaques ont été réalisées, les précédentes, en inox, ayant eu tendance à gripper...

Les triangles sont boulonnés (et non rivetés) sous la caisse et le plancher. Trois boulons M8 assurent la liaison à la caisse, deux autres au plancher. Un sixième boulon, M10 celui-ci, sert à boulonner la structure. Ces fixations ne peuvent supporter que des efforts de traction vers l'avant.

Vue des anciennes contreplaques une fois le plancher déposé. Les nouvelles sont identiques à ceci près que l'acier ordinaire a remplacé l'inox.
L'ancien système de sangles (une de chaque côté) permettant de fixer une roue de secours de grandes dimensions au sol. Les sangles étaient fixées en avant au niveau des attaches de ceinture grâce à un anneau supplémentaire, et en arrière grâce aux contreplaques vues ci-dessus et à des anneaux.

Il est important d'insister sur le fait que tout le système repose sur le sol en répartissant la charge. Il n'existe que trois points de fixation "rigides" sur chaque côté, les autres n'étant là que pour des raisons de sécurité (boulons à oeil et plaques triangulaires à l'arrière).

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2004