cambouis.com

Bloc-notes - 12 novembre 2004

Bouclier Arverne - 1er jour.

Pour le pont du 11 novembre, dans la région de Massiac / Brioude, était organisée une superbe ballade, le 17ème Bouclier Arverne. Trois journées bien remplies avec trois road books copieux de 150 à 160 kilomètres à travers le sud du Massif Central. Beaucoup de participants, tant en moto qu'en 4x4, mais vite dispersés sur le parcours : la longueur du tracé permettait d'accueillir beaucoup de monde sans pour autant faire ressembler la randonnée à en embouteillage à l'heure de sortie des bureaux.

Malheureusement, la plupart des photos des deux premiers jours sont floues en raison d'un mauvais réglage de l'appareil...

Une partie des autos.

Pas mal de motos. Il fallait vraiment du courage, en raison de la température glaciale, de la neige, du vent, et du nombre de gués à traverser. Pour une fois, je ne les enviait pas...

Mais la palme revient à cet équipage venu par la route depuis la région parisienne. Ne serait-ce qu'en raison des huit heures de route !

De plus, leur bâche ne leur sert qu'à protéger le véhicule. Ils auront fait la totalité du parcours, ainsi que le trajet pour se rendre sur place et revenir chez eux dans les mêmes conditions.

Chaud !

Le Defender du photographe d'Action 4x4 en mauvaise posture.

Pourtant, c'était large.

Un rocher traitre a renvoyé le véhicule de l'autre côté du chemin.

Et dire que c'est à moi que fut décerné deux jours plus tard le prix du "pilotage en finesse"...

Hors concours, l'organisation ?

L'homme en anorak rouge, et portant fièrement un splendide bonnet en cuir humain pleine peau, supervise les opérations de sauvetage (JP Steiner himself).

Un peu plus tard, un pont se disloque sous le Grunge Rover. La roue arrière est passée à cheval sur deux traverses de chemin de fer. Le véhicule est passé sans problème (trois roues au sol), mais il a fallu réparer le pont.

Pendant ce temps, un Jeep Wrangler tombait en panne de pompe à essence.

Le pont est reconstruit, et la promenade peut se poursuivre.
Grand beau temps, mais très très froid.

Si vous rencontrez ces jeepers, et qu'ils vous proposent une petite liqueur de verveine au digestif, méfiez vous. Pour ma part, ce fut une pulvérisation immédiate façon Kärcher, des couleurs dignes d'un papier peint des années 70, et une demi douzaine de Kleenex. Une bonne lampée de ce breuvage local quand on ne s'attend pas à ses 55°, ça surprend.

Ou alors, il faut rouler en Jeep débâchée pour supporter ça.

Beaucoup plus efficace qu'un Webasto.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2004