cambouis.com

Bloc-notes - 16 janvier 2005

Cric rouleur.

Le dernier ressort, l'AVG, est remplacé. Ensuite, une jante bien abîmée à redresser, puis récupération d'un vérin en vue de la réalisation d'une presse.

Remplacement du ressort AVG. Rien de particulier.

La distance entre fixations d'amortisseur, pont en butée, n'a pas été mesurée. ceci est inutile : l'amortisseur étant vertical, la hauteur se déduira facilement par simple mesure, pour une position donnée, de la distance entre pont et butée d'une part, et de la longueur d'amortisseur pour cette position. La chapelle sera modifiée si nécessaire pour faire travailler l'amortisseur de HDJ 80 sur tout sa course.

Au bout du compte, le véhicule s'est vu rehaussé :

Selon les indications données par Distri 4x4, et déduction faite du body lift.

L'avant est un peu écrasé en raison de la présence :

Le pare buffle, très lourd bien qu'en acier décoratif (et d'un millimètre d'épaisseur seulement), est en piteux état : il doit être supprimé. Il a maintes fois sauvé la carrosserie et les feux AV. Au pire, une paire de ressorts en +1.5" sera approvisionnée, et dans ce cas, les +1" revendus, neufs, jamais TT !

Les jantes sont bien esquintées :

Comment redresser un bord de jante "à l'africaine". Naturellement, ça ne refait pas une jante neuve !

Ces daubes signées Mangels et dont les bords sont esquintés sur leur périphérie, et sur les quatre roues, seront remplacées par des Wolf militaires un de ces jours. Le point ennuyeux des Wolf, si on veut les monter dans les règles de l'art, est la nécessité de remplacer tous le goujons de roue, et donc de déposer les moyeux et les disques de frein (voir Remplacement d'un goujon de roue).

Pour lire, et surtout photographier, un marquage "en bas relief", passer un coup de marqueur bien appuyé, puis essuyer très vite. Il reste alors de l'encre au fond.

L'acier Brésilien est d'une virilité très approximative...

Pour le remplacement des silentblocs de suspension, barre Panhard, etc., il faudra une presse hydraulique. L' "élimination" des vieux peut se faire par divers moyens sans presse, mais la remise en place est critique pour ne pas les détruire. Une presse va sans doute être construite. Les 5.60 mètres de profilé d'acier IPN en 120 x 58 x 5.1, ramenés la semaine précédente de chez le ferrailleur pour 60 €, conviendront pour un bâti reposant au sol et présentant un plan de travail à la bonne hauteur. C'est très lourd, un tel profilé : près de 60 Kg. Reste le problème du vérin.

Un cric rouleur une tonne qui traîne par là va le fournir. Et il est neuf, jamais servi. Un lot à 100 F comportant également des chandelles qui elles servent très souvent. En effet, le bras de levier qu'impose un cric de ce type au vérin est très important, de l'ordre de 1 à 4 ou 1 à 5. Le vérin est donc capable de développer un effort de l'ordre de 4 à 5 tonnes.

Le donneur d'organes.
Le vérin et ses axes.

Course 85 mm, ce qui devrait suffire, quitte à placer les plus longs silentblocs en deux passes.

Naturellement, il a été vérifié qu'il fonctionne correctement en position verticale.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013