cambouis.com

Bloc-notes - 23 janvier 2005

Remplacement des silentblocs des tirants et de la barre Panhard.

Le véhicule devant effectuer 700 km le week-end prochain, le remplacement des silentblocs du triangle AR attendra deux semaines de plus.

Remplacement des silentblocs des tirants AV : la presse à vis s'en sort toujours haut la main.
Pour sa repose, le tirant AV est engagé dans sa fixation au châssis. Le premier des deux silentblocs concernés est enfilé, mais pas le second. L'écrou est simplement vissé sur quelques tours.
Travaillant seul, il faut trouver des moyens simples pour la remise en place au niveau du pont : le cric est mis à contribution. Les tirants AV sont assez lourds, et l'effort à fournir pour les passer dans les fixations est assez important. L'ensemble est légèrement mis sous tension, puis, à l'aide d'un tournevis, les fixations au pont sont légèrement écartées afin de permettre le passage des douilles centrales des silentblocs. C'est plus long et plus difficile à écrire qu'à effectuer.

En attendant de placer les boulons neufs, un tournevis est passé dans une des fixations avant de retirer le cric.

Ensuite, les boulons sont passés en s'aidant de quelques coups de massette plastique. L'autre extrémité du tirant est très libre puisque il manque encore l'écrou et un silentbloc. Il est donc très facile d'ajuster la position des douilles par rapport aux alésages du pont.

Enfin, on peut placer le dernier silentbloc et serrer toutes les fixations.

Quelques images des pièces usagées :

Les silentblocs de liaison d'un tirant AV au châssis.

A gauche, des silentblocs neufs, à droite, des silentblocs usagés. Ils sont tassés, durcis, et commencent à présenter des craquelures. Ils ont 15 ans.

Vis (boulons) de fixation au pont :

  • en haut, une vis très marquée
  • en bas, une vis neuve

Il est évident qu'une telle réduction de diamètre entraîne obligatoirement des mouvements parasites du pont, une imprécision de la direction, et de fortes vibrations.

C'est tout pour aujourd'hui. Ça n'a l'air de rien, mais il est très malcommode et assez fatigant de se contorsionner sous le véhicule, bien que les pneus en 700 laissent un peu plus d'espace de travail que les 205 d'origine.

Au passage, il a été constaté une usure perceptible du croisillon de l'arbre AR situé au niveau du nez de pont. Ceci est certainement dû au très mauvais état des amortisseurs AR (absolument plus d'amortissement, et phénomènes de dribblage en TT). Les croisillons avaient été remplacés il y a environ 10 à 15 000 km par des éléments de grande marque, GKN, au dessus de tout soupçon. N'en ayant pas en stock, ils seront remplacés ultérieurement. L'origine de quelques grognements apparus récemment trouve probablement son origine ici.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013