cambouis.com

Bloc-notes - 10 avril 2005

Boîte de vitesses, suite et fin du démontage...

L'arbre d'entrée est séparé de celui de sortie.
Les fourchettes de sélection empêchent de déposer les arbres...

Il faut d'abord déposer le pignon de marche arrière, son axe, et son mécanisme de sélection.

La première chose à faire est de retirer le fer plat d'immobilisation qui avait été mis en place avant de retourner la boîte.

L'axe sort par le bas.
Axe, pignon et rondelle butée sont déposés.
Le patin du sélecteur et le sélecteur sont repérés pour les remonter plus tard à l'identique.
Il faut dégager le sélecteur de marche arrière. Pour ce faire, l'axe doit être retiré.
Il suffit de tirer dessus. Inutile de déposer le circlip et "C" qui le cale latéralement..
Le sélecteur est déposé.

Mais pour le moment, on peut déposer l'arbre intermédiaire en soulevant l'abre secondaire à l'aide d'un tournevis. La synchro se désassemble. En soulevant un peu, l'arbre intermédiaire sort facilement.

Cette façon de faire n'est pas cellee décrite dans le manuel d'atelier. C'est un peu brouillon. Mais ne lisant le texte qu'en cas de difficulté, il n'a pas été consulté...

L'arbre intermédiaire.
Il reste à déposer l'arbre secondaire.

Pas mal de particules métalliques très fines recouvrent les dents.

Il y aura beaucoup de travail de nettoyage à effectuer. Tout devra être totalement démonté et inspecté, et les différents jeux vérifiés.

L'axe des fourchettes est pourvu de deux ergots. L'un se trouve en haut. Il n'agit pas sur la fourchette. Il a juste été placé de cette façon pour la photo !

Et l'autre se trouve sous la plaque qui possède un évidement destiné à le laisser passer. Il faut donc aligner ergot et passage.

Il y a une bille poussée par un ressort lui même maintenu par une vis. Il n'est aps indispensable de la retirer. Le tournevis à frapper n'y est pas parvenu.

L'évidement, mieux visible une fois l'axe de sélection déposé.

L'axe sort quand même sans difficulté. On aperçoit la bille.

A ce stade, tout est démonté. Il reste encore à :

  • désassembler complètement les roulements, les pignons, les synchros
  • nettoyer soigneusement toutes les pièces pour éliminer les particules métalliques
  • mesurer les jeux pour évaluer le degré d'usure des pièces.

Le roulement arrière d'arbre intermédiaire totalement détruit trouvé la veille est le seul dans cet état. Mauvais montage ? Pièce défectueuse ? Lubrification insuffisante ?

L'arbre intermédiaire : un des deux roulements sort tout seul. La queue de l'arbre correspondant montre que ce roulement a tourné. le nouveau sera remonté avec un produit de scellement, si l'usure n'est pas trop marquée.
Dépose du roulement de l'autre extrémité : toujours la même technique : décolleur + extracteur + clé à chocs qui dispense d'immobiliser l'ensemble en rotation; la main suffit.
Les deux roulements sont maintenant sortis. Les dentures sont en bon état.
C'est au tour du roulement avant de l'arbre de sortie.
Même technique. Ultra facile et rapide.
Le roulement a dégagé.
Début de dépilage du millefeuille de la synchro.
Suite...
Puis la cage à aiguilles.
Un fil de fer sert à les ranger dans le bon ordre, avec une pochette pour les petits bidules. Le 1 ùarqué dessus est un repère purement personnel.

Ça se complique (un tout petit peu). Ce roulement et le pignon qui est dessus nécessitent un extracteur démesurément long.

Y'a pas en stock.

Et pas question d'en acheter un.

Et surtout pas un de Chez Rover avec une référence à coucher dehors avec un billet de logement.

Donc, modification de l'extracteur modèle pour homme : les plaquettes mobiles seront remplacées par de plus longues. Il en faut six en tout. Pour les percer avec des entraxes identiques, elles sont soudées ensemble (soudure collée pour ne pas avoir trop de difficultés à les séparer ensuite).
Perçage avec un entraxe qui respecte de façon absolument parfaite les mesures effectuées grâce au pifomètre micrométrique à affichage visuel.
A l'extrême gauche une des six plaquettes de l'extracteur. A droite, les six nouvelles, plus longues.
Mise en place des griffes sous le pignon.
Avec la clé à chocs dessus, il faut travailler sur la pointe de pieds... à la quelle il faut faire attention, car en sortant pignon et roulement, tout est libéré et l'arbre dégringole !
Tout est ré enfilé sur l'arbre afin de ne pas se mélanger les pinceaux.

Il faut encore sortir cette bague de l'extrémité de l'arbre d'entrée...

Et pas d'extracteur assez petit pour passer dans l'alésage.

Aucune importance. Il sufit d'un arrache extérieur, bloqué dans un étau. Une des griffes est passée derrière la bague du roulement. Ensuite, en tenant l'arbre de la main gauche, il suffit de frapper avec une massette plastique tout en faisant tourner l'arbre.
Deux minutes plus tard, la bague est sortie.

Au total, il aura fallu environ quatre heures de travail en prenant les photos. Aucun outil spécial n'a été nécessaire pour désassembler la boîte. Deux arraches très ordinaires, dont un modifié. La clé à chocs, dans ce contexte, était un plus indéniable. Mais il aurait suffi d'un bon étau muni de mordaches en plomb pour s'en sortir (immobilisation des arbres lors du serrage des arraches).

Le manuel d'atelier n'était pas non plus très utile, car se bornant à décrire l'utilisation des outils spéciaux. Par contre, il sera indispensable pour le contrôle des pièces (jeux de fonctionnement) .

Maintenant, il va falloir nettoyer toutes ces pièces une à une, commander tous le roulements, les joints, ainsi que deux synchros. Enfin, un grand moment sera le réglage de la précharge des roulements.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013