cambouis.com

Bloc-notes - 15 avril 2005

Préparation des greffons.

Pour séparer des tôles soudées par points, on se sert traditionnellement d'un foret à dépointer. Ça ressemble à la fois à une mèche à bois, et à une fraise à lamer.

Ça permet de percer la première tôle sans entamer la deuxième... à condition de ne pas aller trop loin !

Début de récupération du caisson supérieur sur le tablier découpé. Il est assez pénible de trouver les soudures à cause de la colle à pare brise.
Toute la largeur est dépointée. Il faut attaquer les extrémités.
Corrosion ! Décidément, elle se loge même là. Il n'y a aucun produit d'étanchéité. Sur des véhicules de ce prix, c'est carrément une arnaque.
Un côté est terminé. On voit bien la section caissonnée.

Cette corrosion débutante est à l'intérieur de l'habitacle !!!

Ici, il n'a pas été possible de dépointer sans percer. Mais ce n'est pas forcément un inconvénient. Il est probable qu'en fait il faille repercer partout.

Corrosion encore, qui rend difficile la localisation des points de soudure. Brossage. Heureusement, le soudeur avait dû être pris d'une envie pressante, puisqu'il y en avait deux fois moins que du côté opposé.
La pièce est prête à être posée (ou presque).
Il faut encore déposer le faisceau électrique et le pédalier.

Faisceau électrique déposé. Il faut commencer depuis les phares et les répéteurs de clignotants, pour remonter jusqu'à l'habitacle.

Le pédalier du TurboD est très différent...
... de celui du 300 tdi, qui ne se monte en fin de compte pas sans modification.

Une première évaluation, trop rapide, avait laissé croire que les pédaliers étaient interchangeables en ce qui concerne leurs fixations. Si cela est vrai pour les quatre boulons supérieurs, il n'en est rien en bas : 1 cm de différence, ce qui fait que la plaque du tdi n'obture pas totalement l'ouverture du tablier du TurboD. La plaque support des pédales du tdi fait 10 mm de moins.

Le volume occupé par le pédalier du tdi est un peu plus réduit, et il comporte des fixations clipsées pour le chemin de câble en plastique blanc (dont on peut fort bien se passer, mais qui a l'avantage de donner un aspect très propre).

Le passage sur le tdi.

Le passage sur le TurboD.

Le haut du passage est à la même hauteur, mesurée cette fois.

De plus, la colonne de direction ne passe pas au même niveau. Elle est plus haute sur le tdi : il faut découper un peu le tablier pour la passer.

Pour installer le pédalier du tdi sur le TurboD, il faut lui ajouter une bande d'acier de 10 mm de large et 3 mm d'épaisseur. Pénible sur la zone arrondie de la plaque. Mais rien d'insurmontable. Souder les pédales du tdi sur la plaque du TurboD ne résout pas totalement le problème puisque les hauteurs de passage de la colonne sont différentes.

La question reste en suspens : ancien ou nouveau pédalier ? Il faudra que planche de bord et colonne de direction soient en place pour trancher.

Les fixations du bloc de chauffage / climatisation doivent aussi être dépointées afin d'être greffées sur le TurboD.

Le traitement anticorrosion du tunnel de transmission est trop pénible à éliminer : donc perçage par la face intérieure.

Mais comme la technique de soudure sera sans doute celle du bouchon soudé, il faut des trous. Trous qui seront probablement également réalisés sur le caisson préparé plus haut.

Des rivets là où c'est possible (ailleurs qu'au niveau du joint de pare brise) ne seraient pas une solution très élégante !

Il reste à déposer le pare brise, le ciel de toit, les sièges et le peu de moquette qui est encore en place. En effet, chalumeau, poste à souder et disqueuse risqueraient de leur occasionner quelques blessures. Ensuite, dépointage du support de la planche de bord, qui ne semble présenter aucune difficulté particulière. Mais il faut s'attendre à des surprises tout au long de la transplantation.

Quelques conseils ont été obtenus auprès d'un chaudronnier soudeur. La meilleure solution serait la soudure par points, mais un tel matériel est inenvisageable. La technique du bouchon soudée a été confirmée, mais il faudra se méfier comme de la peste des variations dimensionnelles de l'acier. Soudures à l'arc très rapides, et refroidissement très rapide à l'éponge. TIG exclu : je ne sais pas m'en servir. Dans son travail, les soudures par point sont réalisées sous l'eau pour éviter ces problèmes...

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013