cambouis.com

Bloc-notes - 22 mai 2005

Modification et réparation du tablier. Examenb du faisceau électrique du RR 300 tdi.

14/05/2005

Réalisation des bouchons soudés entre haut de tablier et support de planche de bord. Soudo-brasure (laiton) au chalumeau oxy-kyrène.

Finition au disque abrasif et à la lime.

16/05/2005

Soudure du support inférieur de la planche de bord, extérieur, côté conducteur. Il est fait par symétrie avec celui de droite.

21/05/2005

Quelques boursouflures sous la peinture ne trompent pas. Corrosion perforante. Décapage. Cette corrosion très classique, côté conducteur, est due aux inévitables suintements ou coulures de liquide DOT (freinage et embrayage). Ce liquide, agressif et très hygrophile, au bout de quelques années, finit par attaquer la peinture et laisse ainsi la rouille se développer.

Les dégâts sont peu visibles côté compartiment moteur. La réparation sera un peu délicate en raison des superpositions de tôle dans cette zone. Cependant, rien de bien grave.

Quelques traces dans le passage de roue.

Les conduites de chauffage. Il serait possible , en les reformant légèrement, de les faire passer par l'orifice prévu pour l'ancien V8.

L'entrée d'air de la soufflerie est terminée. La portion de tôle prélevée a été mise en place : rivets et silicone pour l'étanchéité. Souder à ce niveau serait trop pénible.

Quelques détails sont encore à fignoler.

Il eût été plus judicieux de travailler cette partie avant soudure définitive du support de planche de bord, ce qui aurait permis de souder de l'intérieur...

L'entrée d'air d'origine est obturée. Rivets également, et mastic d'étanchéité bitumineux (je n'utilise le silicone que lorsqu'il est absolument indispensable).

De même, une soudure par l'intérieur aurait peut être été plus élégante...

Les platines du mécanisme d'essuie glace des deux véhicules.

  • en haut, celui des anciens modèles
  • en bas, celui du 300 tdi

Ils sont identiques, à la plaque support près, plus longue sur le tdi.

Les moteurs sont presque identiques, et leurs fixations sont les mêmes. Ils diffèrent surtout par leurs connecteurs. Il est même possible de monter directement le mécanisme complet du tdi, les 4 trous de fixation principaux aux mêmes emplacements. Il suffit d'utiliser l'ancien joint, et de couper de couper la partie en trop.

Les câbles électriques portent des couleurs et des connecteurs différents. Mais des connecteurs, ça se refait ou ça se remplace.

Mise en place des supports principaux, du chauffage, et du circuit électrique du 300 tdi.

Côté conducteur.

Côté passager, avec la soufflerie.

Sur le VM, le faisceau (côté conducteur sur la photo), se divise en deux branches sortant de chaque côté sous l'auvent , puis longeant le compartiment moteur avant de plonger dans les phares.

Au contraire, sur le tdi, le passage vers le compartiment moteur se fait directement sous les emplacements de pédalier.

Il semble y avoir suffisamment de longueur de câble pour dévier le faisceau du tdi par les passages de cloison du modèle traditionnel.

Côté passager, les choses sont plus compliquées : le faisceau est plus dense (commandes de démarreur, préchauffage, pompes de lave-glaces, etc.). Il y a de plus un boîtier de fusibles à caser, et le seul emplacement satisfaisant est entre filtre à air et réservoir de détergent.

Problème : il est alors impossible de replacer le coude en caoutchouc relié à la cloison. On peut laisser tel quel, mais la cloison et le coude évitent au moteur d'absorber l'air chaud du compartiment moteur.

Le boîtier principal regroupe des fusibles de gros calibre, et d'autres plus classiques.

 

Le couvercle donne les indications utiles.
Côté conducteur, sous le tableau de bord, un autre boîtier de fusibles.

L'envers de ce boîtier : un module électronique, et quelques connecteurs.

Ce module (Unité Multi Fonction, MFU) semble, à la lecture de la documentation, superviser le fonctionnement des accessoires, de l'éclairage, de la signalisation, etc.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013