cambouis.com

Bloc-notes - 3 octobre 2005

Début de réalisation d'un support de travail pour moteur.

Achat de 6 mètres de tube de section rectangulaire en 30 x 60 x 3 mm. Après relevé de quelques cotes, découpe, et surtout finition des extrémités de chacune des sections, ce qui est particulièrement fastidieux !

Mise en position à même le sol. A ce stade, il n'y a absolument aucune soudure.

Le support doit être très large pour laisser passer la pompe d'injection. Il prend le moteur des deux côtés, et devrait être qualifié de rôtissoire, comme pour châssis et carrosseries.

Pointage.
Mise en place de renforts.

Et enfin, pose d'un gousset "anti-rapprochement". Il n'a pas besoin d'être bien grand, vu la rigidité des bras et de leurs renforts.

Il n'y a plus qu'à réaliser ls cordons, dans un "ordre logique".

Au passage, gros problème avec les baguettes stockées depuis un peu trop longtemps, et ayant sans doute un peu souffert de l'humidité. L'enrobage a tendance à s'effriter, entraînant des collages intempestifs et des inclusions dans les cordons... pénible...
Le support est terminé, soudé, et ragréé.

Sur les photos visibles plus haut, on remarque que le moteur a reçu des roulettes. En effet, pour travailler dans l'atelier, la porte étant deux centimètres trop étroite pour passer la chèvre, le moteur a été muni de roulettes afin de le déplacer. Ces roulettes avaient été récupérées sur un cric rouleur (daube chinoise), et placées sur le moteur ! Enfin, la grue passant une fois repliée, il a pu de nouveau être suspendu au bout du crochet !

Donc, lesdites roulettes sont déplacées du bloc qui n'en aura plus besoin, au support qui servira désormais non seulement à travailler dessus, mais aussi à le déplacer.

Les roulettes sont déposées du moteur puis rapportées sur le support. Un tel support, moyennant une planche, permettra aussi de déplacer des objets lourds (boites, ponts, gros beaufs qui tapent l'incruste, etc.).
Vérification : le support sur roulettes passe correctement entre les pieds de la chèvre. Ouf !
Pour réaliser les fixations moteur, deux plats d'acier de 80 mm de large sur 8 mm d'épaisseur sont soudés (pointés !) l'un à l'autre afin de les préparer en une seule fois. En effet, ls fixations disponibles de chaque côté du bloc sont symétriques.
Traçage soigneux après un relevé de cotes tout aussi soigneux.
Perçage des deux plaques n une seule fois.
Séparation des deux plaques.
Côté gauche du moteur, ça va ...

Côté droit, ça va moins bien. les trous ont dû être élargis. En effet, la perceuse à colonne de merde (il n'y a pas d'autre mot, désolé) manque cruellement de rigidité, et en fait, sous la pression du foret, son plateau plie. De ce fait, la perpendiculaire n'étant pas respectée, les cotes de deux plaques ne sont pas strictement identiques ! Et sans parler des vibrations du foret !

En élargissant les trous, ça finit par aller.

Cette perceuse à colonne vit ses dernières heures, et va être remplacée par une vraie machine, rigide, puissante, de forte capacité, avec une broche digne de ce nom, cône Morse, etc. Bref, un engin avec lequel travailler sérieusement.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013