cambouis.com

Bloc-notes - 20 novembre 2005

Réalisation des accessoires permettant d'effectuer des opérations de rectification. Étau magnétique.

L'idée est de fixer la meuleuse pneumatique sur la tourelle porte-outil, afin de pouvoir faire de la rectification (ce qui n'a absolument rien d'original en soi). Pour les rondelles, ne disposant pas d'un mandrin magnétique, un plateau en acier de 80 mm avait été tourné la veille. Ce plateau se fixe simplement dans le mandrin. Cette fixation n'est pas très précise. Une mesure, après avoir dressé le plateau, et l'avoir enlevé puis resserré dans le mandrin, a montré un défaut de 0.03 mm, ce qui est un problème bien connu ; c'est la raison pour laquelle on doit autant que possible éviter de déposer puis reposer la pièce en cours d'usinage. Il eut été plus judicieux de réaliser un plateau prenant la place du mandrin, mais je ne dispose pas d'une pièce de métal suffisamment grande pour pouvoir être fixée à cet endroit. Et puis, les opération de dépose puis repose d'un mandrin sont assez pénibles (accessibilité des vis de fixation). A chaque nouvelle mise en place, le plateau devra être dressé pour que sa face soit rigoureusement perpendiculaire à l'axe de rotation (sans quoi on obtiendrait une rondelle biaise). La meule devrait en principe être dressée à la pointe diamant avant chaque utilisation. Des tests seront réalisés sans cet accessoire. Si les résultats sont mauvais, il faudra acheter une meule de rectification adaptée, ainsi qu'un diamant (madame a refusé de me confier sa bague de fiançailles). En attendant, ce sont des plaquettes carbure émoussées qui seront mises à contribution, ou l'extrémité un barreau de la même matière.

La fixation de la meuleuse va se faire par l'intermédiaire de la tourelle porte-outil. Par chance, le corps de la meuleuse a un diamètre qui est précisément égal à celui de l'intérieur du morceau de tube ci-contre (épaisseur 2.5 mm). Il faudra lui souder un carré d'acier (14 mm de côté) afin de lui permettre de prendre la place d'un outil de coupe sur la tourelle.
Première chose à faire : pratiquer deux saignées dans le carré. Elles permettront de passer des colliers de fixation.
Mise en place avant soudage. Pour aligner parfaitement le tube et le carré, il suffit de serrer légèrement ce dernier dans l'étau, au ras des mors. Ensuite, le tube est présenté au dessus. En le frappant doucement, il vient se caler contre les arrêtes des mors, tandis que le carré glisse vers le bas. A ce moment, les axes des deux pièces sont exactement alignés.
Il suffit ensuite de les immobiliser (serre-joints, pince étau , etc.).
 
Soudures meulées pour le pas gêner la mise en place dans la tourelle. Rien ne doit dépasser.
Le tube est ouvert.
Mise en place dans la tourelle.

La meuleuse vient se caler exactement et sans aucun jeu.

L'axe de la meule est un peu plus bas que celui de la broche du tour. Ceci ne devrait pas être un problème.

Enfin, des colliers sont placés pour immobiliser la meuleuse.

Mise en place de tout le dispositif, avec le pied magnétique du comparateur et le comparateur. Il est peu probable que le toucheau du comparateur puisse être laissé au contact de la rondelle durant la rotation du tour. Cela obligera à quelques manipulations supplémentaires en cours de rectification pour effectuer des mesures....

La meule visible ici ne convient théoriquement pas. Elle sera remplacée pour les tests.

Pour rectifier les rondelles de calage et les amener à la cote voulue, il faut pouvoir les fixer sur ce plateau. En l'absence de mandrin magnétique, la seule solution est le collage. Il existe en particulier des adhésifs double face très onéreux prévus pour cet usage. Dans un premier temps, le collage sera fait à la colle cyanoacrylate. La contre poupée servira à presser la rondelle pendant la polymérisation de la résine. Pour l'en décoller une fois l'épaisseur obtenue, il suffira d'un léger chauffage au chalumeau.

La journée se terminant, les premiers tests de rectification sont remis au lendemain.

En attendant, il reste assez de temps pour boucher les fentes de la table magnétique qui sans cela se gorgeraient de copeaux qui iraient polluer l'entrefer du solénoïde. Résine polyester chargée d'aluminium ("métal synthétique").

Il reste à faire l'alimentation électrique.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013