cambouis.com

Bloc-notes - 25 mars 2006

Bagarre avec l'alternateur.

L'alternateur. Il ne s'agit pas de celui d'origine, mais d'un autre de marque Bosch. Le modèle n'a pas été identifié, il faudra attendre un nettoyage en profondeur.
Dépose de l'écrou central : clé à chocs.
Puis arrache volant. Il n'y a pas de centre d'usinage aux extrémités du rotor. La pointe de l'extracteur l'usine dans cet acier à ferrer les ânes, et donc ça ne glisse pas.

A l'avant de l'alternateur, sous la poulie, se trouve une entretoise déterminant la position de la poulie.

Le roulement est retenu derrière le couvercle avant par deux vis dont on aperçoit les extrémités. Quatre trous visibles. Deux sont lisses, deux sont taraudés et on voit dans ces derniers les extrémités des vis serrant la plaque de retenue du roulement.

Impossible de séparer le couvercle avant du rotor. Rien n'y fait (extracteur, frappe, chalumeau, etc.). Il va falloir jouer fin pour ne pas détruire le couvercle.

De l'autre côté se trouve le porte balais. Les charbons devront sans doute être remplacés.
Le collecteur du rotor présente des signes évidents d'usure. Le roulement est totalement mort.
Désassemblage. Tout sera nettoyé plus tard.
Le couvercle et le roulement avant du rotor (côté poulie) sont impossibles à déposer à cause de l'entretoise qui est grippée sur l'axe de rotor. La décision est prise de percer les deux vis dont les têtes ne sont pas accessibles de ce côté. Foret de 3.5 mm sur l'extrémité des vis de 5 mm. Chaud. Après deux coups de pointeau, c'est parti.
Le premier perçage se passe bien. Un coup de chasse goupille à travers le trou, et la tête de la vis se sépare.
Par contre, pour l'autre, ça part un peu de travers. Aucune importance, la tête finit par céder.
Ça y est, le couvercle est retiré. Le roulement est lui aussi totalement mort.
Les têtes des deux vis de la plaque de retenue du roulement.

Reste à dégager l'entretoise. Un coup de meule, puis un coup de burin.

Aucun regret. Cette entretoise détermine la position de la poulie. Or, lors du remplacement de l'alternateur, le mécanicien n'avait manifestement pas vérifié l'alignement. Résultat : les courroies se bouffaient. Une nouvelle entretoise sera donc tournée avec de nouvelles cotes adaptées à la poulie de vilebrequin du VM.

 
Dépose du roulement. Ne jamais faire ceci ! Danger ! (au lecteur qui se serait égaré sur cette page : faites ce que je dis, pas ce que je fais).

Le collecteur. Un coup de tour. Il faut faire attention à ce qu'il reste suffisamment de matière au niveau des soudures (étain). L'autre collecteur n'est pas usiné jusqu'à elle pour cette raison. Sinon, des collecteurs, ça se remplace. Il suffit d'un arrache et d'un fer à souder.

Land Rover écrit partout : ne jamais usiner une bague collectrice. J'en parlerai à mon cheval.

Donc, pour remettre cet alternateur en état, il faudra :

  • deux roulements neufs
  • usiner une nouvelle entretoise après détermination des cotes permettant un alignement correct de la poulie de l'alternateur avec celle du vilebrequin
  • braser deux petits écrous sur la plaque de retenue du roulement avant, afin de la fixer depuis l'extérieur avec des vis à tête fraisée passées dans les trous lisses
Il suffit de décaler la plaque de 90° pour profiter des trous lisses, et de braser des écrous sur la plaque. La plaque sera ainsi fixée de l'extérieur, et non plus de l'intérieur, afin de ne plus jamais être ennuyé par une entretoise grippée. Ce sera utile le jour où il faudra remplacer les bagues du collecteur (si je ne le fais pas avant remontage... une visite chez Bosch et on verra).
© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013