cambouis.com

Bloc-notes - 26 mars 2006

Pompe à gazole.

Entre autres choses bien sales à nettoyer (alternateur, démarreur, supports divers), il restait la pompe à gazole ("pompe de gavage").

 
 
Le couvercle reçoit l'entrée, la sortie, une crépine et les clapets d'aspiration et de refoulement.
La membrane est actionnée par un doigt lui même mû par une came de l'arbre à came.
La membrane se dépose en la faisant tourner afin de la dégager du doigt de commande.

La membrane est en fait double. L'une est au contact de l'atmosphère du bloc moteur, et donc de l'huile, et l'autre au contact direct du gazole. Il existe un "vide sanitaire" entre ces deux membranes.

A la longue, cet espace, créé grâce à une plaque entretoise, finit par piéger les saletés arrivées là par des orifices ouverts sur milieu extérieur (cf infra).

La plaque entretoise se retire facilement en tirant simplement sur l'axe des membranes. On peut ainsi nettoyer ce qui s'est accumulé entre elles.

La plaque entretoise comporte deux orifices ouverts vers l'extérieur. Leur rôle est triple :

  • limiter le passage du gazole vers le bloc moteur en cas de déchirure des deux membranes : le gazole passe alors vers l'extérieur (pression la moins élevée), et la fuite peut être détectée (huile + gazole)... à condition que ces orifices ne soient pas obturés par la saleté. De l'huile dans le gazole est un grand classique sur de nombreux diesels, et peut être préjudiciable au moteur.
  • permettre la détection d'une déchirure de la membrane côté gazole : du gazole coule à l'extérieur.
  • permettre la détection d'une déchirure de la membrane côté moteur : de l'huile coule vers l'extérieur

Ce système est l'équivalent des regards que l'on peut trouver sur certains VM, mais pas ceux de Range Rover, entre les joints d'eau et d'huile aux embases de chemises.

Ces orifices sont sans doute en partie responsables des claquements, parfois difficiles à diagnostiquer, qui apparaissent en cas de détérioration des membranes.

Matérialisation de ces passages. C'est une bonne chose de déboucher ces orifices de temps en temps, surtout en cas de tout terrain intensif et de passages à gué musclés. Il ne faut alors pas forcer : il faut enfoncer un fil de fer sur 4 ou 5 mm seulement, sinon il y a risque de perforation. Ceci avait été effectué il y a quelques années, et c'est la raison de la présence d'une petite partie des crasses retrouvées au démontage.
Le couvercle, la crépine, et les clapets.
 

Pour le remontage, il faut veiller à orienter les orifices de façon à ce qu'ils restent accessibles.

Au remontage, il peut être nécessaire de remplacer les 6 vis. En effet, elles sont munies de rondelles Grower dont certaines sont détériorées au démontage (elles s'ouvrent sous la rotation). Comme ce sont des rondelles imperdables, il n'y a rien d'autre à faire que de remplacer les vis également.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013