cambouis.com

Bloc-notes - 10 juin 2006

Préparation de chlorure de zinc, de chlorure de béton, de chlorure de tong, et de chlorure d'orteils. Fermeture de l'alternateur. Alignement des poulies et courroies sur le moteur.

Pour réaliser un système de galvanoplastie afin d'électrozinguer certaines pièces, il faut d'abord préparer une solution de chlorure de zinc ou de sulfate de zinc.

Chlorure de zinc : acide chlorhydrique + zinc

Sulfate de zinc : acide sulfurique (acide à batteries) + zinc

1/2 litre d'acide chlorhydrique du commerce dans un récipient.

Toutes ces manipulations sont des grands classiques des TP de chimie minérale.

Des morceaux de zinc sont découpés dans une tôle.
J'avais oublié la violence de la réaction. Au premiers morceaux de zinc, ça bouillonne sévèrement. Pas de flamme vive à proximité : c'est de l'hydrogène qui se dégage. La "fumée" est de la vapeur d'eau : la réaction est très exothermique.

D'où l'obtention de :

  • chlorure de béton (super propre après rinçage)
  • chlorure de tong
  • chlorure d'orteils

Il suffit de rincer vite. A part dans les yeux ou sur les muqueuses, l'acide du commerce n'est quand même pas trop agressif : rinçage abondant, ça pique à peine. Mais ce n'est pas à conseiller.

Il y a des chlorures de tout, sauf de zinc : plus rien dans le bocal !

Donc, nouveau récipient, plus grand.

Il faut consommer tout l'acide. Du zinc est régulièrement ajouté jusqu'à "dissolution" complète.

Retour sur l'alternateur : l'ensemble du carter avant avec son roulement doit être enfoncé sur l'axe du rotor. Un empilement d'entretoises, la poulie et une douille permettent d'appliquer l'effort sur la bague intérieure et seulement elle.

Ensuite, il faut replacer le rotor : le roulement arrière est monté serré :

  • sur l'axe du rotor
  • mais aussi dans la cuvette nylon du carter arrière

L'emmanchement ne demande pas un effort gigantesque, mais je n'aime pas ça. J'en ai mal pour lui. Légers coups de massette plastique, en le faisant tourner pour limiter le risque de marquage. Il n'y a aucun moyen de le pousser en appliquant l'effort sur la bague extérieure...

Il est en place. Les deux carter et le stator sont serrés par les quatre longues vis. Aucun jeu axial : tout va bien. Le rotor tourne très librement, sans jeu perceptible.

A noter : le roulement avant est en classe C3. La vitesse de rotation est très élevée : maxi dans les 10 000 trs/mn, voire plus. A calculer en mesurant le diamètre des poulies.

Ensuite, repose de l'entretoise cache poussière épaulée usinée la veille (l'épaulement est en dessous, ce que l'on voit est une trace laissée par l'outil de tronçonnage).

Repose du ventilateur.
Puis de sa rondelle de pression.

La poulie.

A noter : bien que l'axe et le ventilateur puissent recevoir une clavette demi lue, aucune autre pièce - et en particulier la poulie - ne permet d'en placer. L'immobilisation en rotation se fait par friction après serrage de l'écrou.

Repose de l'entretoise.
Puis de la rondelle frein ondulée.
Et enfin de l'écrou.

Depuis toujours, l'alternateur paraissait mal aligné par rapport à la poulie de pompe à eau. La courroie en présentait d'ailleurs les stigmates. Cet alternateur, qui n'est pas d'origine, n'est peut être pas réellement compatible avec le moteur...

 

Quelques mesures, à la fois avec une ficelle, et en se basant sur les stries des poulies, montrent que l'alternateur est 1 mm trop en avant.

Un plan de référence est fourni par un long guide rectifié récupéré sur un vieux scanner grand format Hewlett-Packard. Le barreau est posé contre le plan usiné (dressé) de la périphérie de la poulie de vilebrequin.

Même mesure en ce qui concerne la poulie de pompe à eau. Elle est trop en arrière de 1.5 mm ! Le désalignement atteint donc au total, entre pompe à eau et alternateur, 2.5 mm, c'est à dire supérieur à la distance séparant deux stries de poulie !!! Ceci sautait aux yeux depuis toujours. Les choses ont été aggravées par le remplacement de la pompe à eau, la nouvelle ayant été livrée avec un joint métallique moins épais que l'ancien en fibre (de l'ordre de 0.5 mm de différence).

Il va falloir corriger tout cela.

(la poulie du compresseur d'air est par contre correctement alignée car ayant fait l'objet des plus grands soins, moteur par terre).

Il faut réaliser une entretoise de 1.5 mm pour avancer la poulie de la pompe. Un test a d'abord été fait en interposant des cales de cette épaisseur (tris rondelles M8 de 1.5 mm d'épaisseur). Le bon alignement a été vérifié ainsi. Mais il n'est pas question de ce contenter de simples rondelles : les surfaces d'appui poulie / pompe seraient limitées à la seule surface des rondelles, faisant alors travailler les vis de fixation en cisaillement (surfaces de contact insuffisantes entre les pièces).

L'avant de la pompe va fournir l'entretoise.

Impossible d'arriver à séparer le moyeu du corps.

Donc, disqueuse...

Les trous taraudés sont percés à 8.5 mm, et les filets ainsi éliminés.
Pour le fun : gonflage d'un ballon à l'hydrogène (HCl + Zn). Malheureusement, la pression est trop faible, et les fuites trop nombreuses. Le ballon ne s'envolera pas. Mais c'est poilant de lui mettre un coup de briquet ! La prochaine fois, je lui fourre en plus un peu d'oxygène pur.
© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013