cambouis.com

Bloc-notes - 2 septembre 2006

Amélioration du combiné tour fraiseuse Fartools TDM 400 : réflexions à propos du blocage de la colonne de fraisage, modification et "rodage" de la commande de hauteur de la broche.

Le système de blocage en rotation de la colonne de la tête de fraisage est imparfait : elle a tendance à tourner, ce qui est extrêmement désagréable !

L'immobilisation se fait grâce à une vis de pression par l'intermédiaire d'un patin en bronze.

Il est évident qu'il faut tout d'abord éviter de lubrifier la colonne et le dispositif de blocage. Naturellement, j'avais commis cette erreur...

Donc démontage complet et dégraissage soigneux.

La tête est réglable en hauteur grâce à une rampe hélicoïdale dans laquelle des billes circulent. La hauteur de la colonne qui est rainurée n'offre pas une surface suffisante pour un freinage efficace.

La commande de réglage en hauteur est actionnée jusqu'à ce que la surface de la colonne offerte au patin soit unie, donc au dessus de la rampe.

Puis la hauteur est mesurée ; pour un blocage correct, il faut donc :

  • des surfaces propres, non lubrifiées
  • positionner la tête au dessus de la rampe hélicoïdale : 50 mm au dessus du bâti

Fastidieux : le nettoyage. Après essuyage des surfaces et de la rainure, dépose et nettoyage des billes.

Une vis Allen à retirer.

On a alors accès aux billes.
Un petit aimant (disque dur !) permet de les retirer. Il faut un peu agiter la couronne de commande pour les faire arriver dans l'orifice.

Il y en a 22. Elles font 6 mm de diamètre.

De telles billes sont faciles à se procurer en fournitures industrielles. Elles sont en effet distribuées par les roulementiers pour toutes sortes de mécanismes : chemins et vis à billes par exemple.

En passant, le système de tension de la courroie de la tête de fraisage n'est pas très bon : le galet tendeur est d'un diamètre très réduit et la stresse considérablement. La courroie d'origine, de qualité douteuse, commence d'ailleurs à voir sa dorsale se désagréger.

Une bonne courroie améliorera bien la situation.

Les courroies de "boîte de vitesses" de la partie tournage avaient été remplacées au bout de quelques heures par de nouvelles, crantées, et de haute qualité. Ce sont des Gates pour usage automobile (environnement sévère). Elles sont conçues pour permettre un peu de contre flexion (dorsale texturée). Elles sont comme neuves après des dizaines d'heures. Celle de la partie fraisage va être remplacée, et il serait bienvenu d'usiner un galet tendeur de plus grand diamètre. Ce sera pour plus tard.

Le crantage a l'avantage de faciliter la flexion, mais aussi la contre flexion. Par contre, elles adhèrent un peu moins aux poulies. On ne peut pas tout avoir !

Le mécanisme de réglage de hauteur de broche est très désagréable à utiliser. Il donne l'impression d'avoir besoin d'un rodage. Donc, démontage pour voir ce qui peut être amélioré.

Il est contenu dans un boîtier massif rapporté sur la tête elle même. Il est immobilisé par une goupille Mecanindus, visible à l'angle supérieur droit...

... et par une vis sans tête placée dessous.
Première opération : dépose de la commande d'approche. Le bouton en bakélite du crabotage est déposé. Ensuite, c'est au tour de la vis pointeau sans tête qui bloque le levier de commande sur son axe.
Dépose de la goupille qui permet le fonctionnement du crabotage de la commande millimétrique.
On accède aux crabots, et plus rien ne retient le boîtier... sauf la satanée goupille Mecanindus vue plus haut. Il faut jouer du maillet et faire levier avec un tournevis.

Le boîtier avec :

  • deux vis pointeau sans tête qui immobilisent les deux paliers de la vis sans fin
  • la fameuse Mecanindus qui va être condamnée à mort à très brève échéance

En effet, il me semble impératif de pouvoir accéder le plus facilement possible à tous ces organes de commande pour l'entretien. L'orifice par lequel l'huile doit être introduite ne permet pas de bien lubrifier tout l'ensemble. A l'occasion d'un prochain démontage, placer des Tecalemit en regard de tous ces paliers serait une bonne idée...

Le pignon possède un crabot, et bénéficie d'une finition pour le moins sommaire. Il suffit d'un bon coup de brosse métallique sur touret pour éliminer toutes les aspérités...

La vis sans fin est expulsée pour subir le même sort. La vis pointeau située côté bouton de commande doit être préalablement déposée.

 

Tant qu'on y est on démonte tout. Pour voir. En fait, c'est inutile.

Le bouton gagnerait à être métallique, et plus gros, comme son homologue de crabotage. C'est réalisable grâce à la machine elle-même.

Le logement de la Mecanindus est repercé plus profond, à 5 mm de diamètre, puis taraudé. Une perceuse visseuse électrique est utilisée : cette daube à 10 € tourne tellement lentement qu'il n'y a aucun risque. Elle devrait être vendue comme taraudeuse ! Elle est parfaite pour cet usage. Pour cet usage uniquement, en fait.
La goupille est éliminée.
Le boîtier de commande est fixé au plateau de la perceuse, et le passage de la goupille centré grâce à un foret. Ensuite, il est repercé à 6.5 mm.
Ne disposant pas de fraise à lamer, c'est une fraise cylindrique standard de 10 mm qui est utilisée. La tête de la perceuse et sa broche sont suffisamment rigides pour le supporter.
Correct.

Les crabots ont donc été, comme toutes les pièces, passés énergiquement à la brosse sur le touret.

Le crabotage de la commande millimétrique étant désagréable, les crabots sont légèrement chanfreinés à la lime, avec un angle d'environ 30°, dans le but de faciliter leur engagement. Ca se fait aussi sur les boîtes de vitesses de motos pour accélérer le passage des rapports...

 

Une fois tout remonté en place, la commande s'avère désormais d'une grande douceur, sans à coups, et donc nettement plus précise. Rien à voir avec la sensation désagréable du début. Le "rodage" des pièces et des crabots, ainsi que leur lubrification cette fois correcte (ils étaient secs !) procurent un fonctionnement conforme aux attentes.

Ce ne sont là que des défauts communs à cette catégorie de machines bon marché : finition sommaire. A ce prix, on peut passer quelques heures à fignoler les détails. Et puis, c'est de la bidouille sympa.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013