cambouis.com

Bloc-notes - 4 septembre 2006

Écran anti-projections et grossissant pour le tour.

Deux plaques de polycarbonate :

  • la première (celle qui apparaît transparente) est la protection d'origine du tour, qui été supprimée. En effet, une sécurité empêche de le faire tourner si elle n'est pas en place, interdisant de ce fait l'utilisation de la lime et les opérations de polissage. De plus, la glissière sur laquelle elle était montée se bourre très vite de copeaux, qui en rendent la manoeuvre très difficile. Elle avait été démontée dès les premiers jours...
  • la deuxième, qui apparaît grisâtre, est ce qu'il reste d'un de ces "élargisseurs d'écran" qui étaient en vogue à l'époque où le standard était le 14" cathodique. C'est en fait une lentille de Fresnel assez efficace.
Les deux plaques sont découpées, puis assemblées grâce à une monture sommairement réalisée. Le bras orientable est un col de cygne de luminaire équipé d'un socle à une de ses extrémités, et d'une "rotule" de lampe halogène à l'autre.

Cet ensemble combine plusieurs avantages :

  • une protection efficace contre les projections. Deux semaines de galère avec un minuscule copeau planté dans la cornée, ça suffit !
  • l'écran est facilement escamotable pour monter et démonter les bruts, limer, polir, ébarber, etc.
  • et surtout, il procure un grossissement : c'est une loupe. Non seulement il permet de "voir plus gros", mais il compense les paresses d'un cristallin sénescent . C'est le bonheur du myope presbyte. Plus besoin de poser les lunettes et de s'approcher pour y voir, la cornée est à l'abri et le cristallin peut faire la sieste. Le grossissement varie de 30 à 50% selon la distance sujet / écran, et la distance écran / observateur (comme avec n'importe quelle loupe d'ailleurs).

C'est très efficace. Les seuls inconvénients sont spécifiques à ce type de lntille : moirage, et halo dû à la réfraction variant selon la longueur d'onde de la lumière. C'est assez peu gênant.

Les fines gravures prismatiques de la lentille de Fresnel sont protégées par le polycarbonate découpé dans la protection d'origine. Les deux épaisseurs sont prises en sandwich par une cornière et un carré d'aluminium percé et taraudé.
L'élément rotulant (ce n'est pas une véritable rotule) est celui d'un spot halogène.

Le poids de l'ensemble est assez important. Le col de cygne n'étant pas assez rigide pour le supporter, il a été "renforcé" par 6 longueurs de corde à piano de 1.5 mm de diamètre. Ça semble efficace.

Il faudra voir si le dispositif s'avère pratique à l'usage. Dans le cas contraire, il sera remplacé par le système de parallélogrammes d'une lampe d'architecte : c'est la rentrée et donc le moment où ce genre d'article est en promotion...

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013