cambouis.com

Bloc-notes - 14 décembre 2006

Scie à ruban neuve et nouveaux problèmes.

Découper des bruts à la disqueuse ou à la scie à métaux est en pensum. Donc, petit passage sur eBay, et achat d'une scie à ruban horizontale. L'engin est neuf, et provient d'Autriche via une société allemande. C'est une machine chinoise 5" x 6", semi-automatique.

C'est une belle illustration d'un vieux proverbe mandarin : "Ne te demande pas ce que l'outil chinois peut faire pour toi, demande toi plutôt ce que tu peux faire pour l'outil chinois".

La scie était livrée avec un piédestal. Le piédestal a été éliminé immédiatement après démarrage du moteur. Trop léger, tôle aussi fine que celle d'un capot de PC, vibrations et bruit, instabilité.

L'engin possède un moteur de 550 watts, un premier réducteur à poulies fournit trois vitesses, et la réduction finale se fait, comme sur toutes ces petites machines, par une vis sans fin.

Il y a un vérin permettant de régler la vitesse de descente de la scie.

Premier problème : il est impossible de couper complètement quoi que ce soit, ceci en raison du système d'arrêt automatique. L'équerre qui vient appuyer sur le contact de fin de course est mal positionnée, et ne peut pas être mieux réglée : c'est déjà à fond !
Un autre trou est percé et taraudé plus haut pour décaler cette équerre vers le haut.

Premier essai : un jet plein de 40 mm de diamètre d'un acier au carbone.

Ça coupe à peu près bien deux ou trois sections, puis la lame de piètre qualité commence à être fatiguée. Rien à dire, il est de notoriété publique que les lames livrées d'origine sont à remplacer immédiatement. D'ailleurs, cette lame était mal soudée (mauvais alignement des extrémités) : la scie bouge de haut en bas au rythme du passage de la soudure dans les guides lame.

Le lubrifiant est une mauvaise idée. Ça coupe plus facilement, mais ça agglomère les copeaux sur la lame, les guides, les poulies de guidage et d'entraînement.

Au bout de quelques minutes, un grand clac, et le moteur se bloque...

Le capot des poulies semblait mal fixé dès la sortie de caisse. Un peu pressé sur ce coup : il faut normalement vérifier tous les serrages avant mise en service.

La vis fautive.

Détail des guides : au total six petits roulements à rondelles Z. Pourquoi pas des roulements réellement étanches ? Peut être parce que les roulements "ZZ" sont moins chers ? Ou les rondelles Z plus résistantes que des joints spi ?

Cette dimension de roulement est très courante, en particulier sur les rollers, skates, et autres trucs à roulettes.

La visserie est d'une qualité exécrable. De vulgaires 4.8 dont on sent les filets se déformer lors du serrage. A remplacer par du 8.8 ou du 10.9.

Cette scie peut également être utilisée en position verticale pour faire un peu de détourage. La lame est bien sûr trop large pour faire du chantournage. Certaines scies sont livrée avec une petite table, qu'il est facile de réaliser soi-même si elle n'est pas livrée.

La scie est munie d'un dispositif permettant de diminuer la pression sur la lame lorsque la coupe se termine.
Le ressort, dont le point d'entrée en action est réglable.

La poignée, assez peu pratique, permettant le serrage de la base tournante.

Peu pratique simplement à cause de la vis centrale, un peu trop courte, et qui se dégage complètement lors du réglage de la position de la poignée, libérant le ressort.

La poignée est orientable grâce à des cannelures.
Poignée réorientée.

Test avec un jet de 80 mm de diamètre d'acier XC38 (3.8% de carbone).

On voit immédiatement que la coupe n'est pas droite : la lame est attirée vers l'étau, quel que soit le réglage des guides.

Ceci est mis sur le compte de la lame d'origine, de piètre qualité.

Provisoirement, le réglage du contacteur fin de course est muni d'une vis et d'un contre écrou. Le taraudage dans cette équerre en acier pour conserves ne fera pas long feu.
La lame et ses poulies.

Un autre problème : impossible de correctement positionner la scie par rapport au socle : jeu très important. Démontage.

On voit le passage de la vis, et un lamage.

Même chose au niveau de la base orientable.

En fait, il est évident qu'il manque une douille pour servir de pivot. La vis n'est pas suffisante pour cet usage.

Donc, usinage d'une douille : le problème est réglé.

Ici, une vue des contraintes subies par la lame lors de la coupe de pièces de gros diamètre. A force d'essayer d'obtenir une coupe droite en jouant sur les guides et la tension, elle finira par se rompre.

Je mets ce problème sur le dos d'un mauvais avoyage ou quelque chose de ce genre, en attendant une nouvelle lame de qualité.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013