cambouis.com

Bloc-notes - 16 avril 2007

Coupes étagées d'une culasse de VM.

Résumé des semaines précédentes...

Le montant de pare brise esquinté avait été redressé par un carrossier. Puis j'avais rebouché à l'étain les zones enfoncées. Jusqu'à 3 bons millimètres, sur une surface verticale... pas de la tarte ! Mais le résultat n'est pas si mauvais.

Début de préparation des éléments de carrosserie pour la rénovation et la peinture. Il faut enlever les autocollants, et la colle des baguettes caoutchouc.
Du thiner pour finir d'enlever la colle.
Idem côté intérieur : la colle des plastiques anti-humidité est très pénible à éliminer.

Retour sur le montant de pare brise. Un voile de peinture noire satinée pour mettre en évidence les défauts. Il y en a quelques uns.

Ras la casquette ! Je n'ai pas le matériel adapté, tout avait été fait avec une lime normale, une cale et du papier de verre. C'est terriblement long.

Donc, technique de beauf pour finir : le mastic polyester, tant pis. Mais la couche est très fine.

Après un dernier test au noir, puis ponçage, la couche d'apprêt. La peinture sera pour plus tard.
Les ailes arrières seront remplacées par de nouvelles... d'occasion. L'aile arrière droite est un ancien modèle avec bouchon apparent. Elle va être transformée en modèle à bouchon masqué. Tout d'abord, la trappe est dessoudée de l'aile pourrie.
 

Impossible d'arriver à former correctement la tôle pour faire passer les pattes sur la trappe... Les formes sont trop différentes.Donc, changement de tactique : la tôle est formée pour passer non plus dans, mais autour de la trappe.

Pas mal de coups de pince, et de coups de marteau...

Ça commence à ressembler à quelque chose.

La finition sera faite au mastic, et basta. De toutes façons, pour aller détruire l'aile dans les chemins à la première occasion...

Aujourd'hui, il fait trop chaud pour poncer les tôles.

Donc, coupes étagées d'une culasse de VM pour avoir une idée précise de la façon dont elle est conçue, et à quoi correspondent exactement les 4 arrivées de LDR.

5 traits de scie, 6 morceaux.
Puzzle.
Vue côté tiges de culbuteurs.
 
 
 
On voit nettement que le refroidissement privilégie largement le conduit d'échappement. Logique.
 
 

Coupe au niveau de la préchambre, avec son ergot. Et on comprend que son remplacement n'est pas à la portée du premier venu : chauffe de la culasse, et préchambre rétractée à l'azote liquide.

La forme elliptique du pare flamme d'injecteur est un artefact : il est cylindrique et incliné par rapport au plan de coupe. On obtient donc une ellipse.

C'est la culasse 3, celle qui avait souffert d'un bouchon dans un passage de LDR. Le pontet est bien fissuré.
La fissure traverse complètement. Il y avait en effet quelques toutes petites bulles dans le LDR, apparues peu de temps avant la rupture du JDC n°3.
© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013