cambouis.com

Bloc-notes - 5 mai 2007

Changement de chiralité des batteries du VM.

Les batteries les plus courantes ne sont pas celles qu'on trouve sur le VM ! On trouve à peu près ce que l'on veut comme capacité et courant de démarrage, mais ce sont presque exclusivement des batteries "+ à droite". Et naturellement, celles du VM sont des "+ à gauche".

Chez Carouf : choix minable, prix délirants, marquées "essence" sans autre précision du courant de démarrage, du type sans entretien (c'est à dire qu'on ne peut pas "entretenir" mais qui perdent quand même par évaporation, et qui lâchent en 2 à 3 ans), toutes de type "+ à droite", et prix ahurissants. Fuite éperdue vers la sortie.

Chez Feu Tuning : un peu plus de choix, courants de démarrage indiqués, toutes de type "sans entretien", mais toutes de type "+ à droite", prix bien plus honnêtes.

Merde, je veux des batteries, pas des piles jetables ! Direction un magasin de fournitures agricoles. Au moins, il y a aura autre chose que des batteries pour tunerss en Twingo et moteur de tapette. Et là, le bonheur ! Un vrai choix de batteries, diverses marques, des batteries lévogyres comme des batteries dextrogyres. Et aussi plein de moteurs électriques triphasés de toutes puissances à prix alléchants pour le tour ! Mais manque de bol, pas de batterie lévogyre dans ce qui m'intéresse : 60 AH environ, avec entretien (sans gel, bouchons non scellés), et 500 A minimum au démarrage. Pour un VM, le courant de démarrage est énorme : j'ai la notion de 950 A tirés par le démarreur, mais je ne retrouve pas la source... Bref, 120 AH c'est largement plus qu'il n'en faut (60 suffiraient...), mais il me faut au moins 950 A sous peine de réduire leur durée de vie. Donc deux batteries de 540 A donnent 1080 A, et c'est OK. Pas envie de commander, ça urge, l'alimentation stabilisée 10 A ne permet plus de tester tous les circuits des faisceaux électriques nouvellement réalisés. Elle se fout à genoux à tous bouts de champ.

Batteries de grande marque française à prix canon ? Fournitures agricoles ! 132€ la paire. J'aurais bien mis deux grosses batteries de 6 volts en série, mais elles étaient vraiment trop encombrantes : elles ne seraient pas entrées dans les bacs. Dommage.

La solution la meilleure est de modifier le câblage des batteries pour les remplacer par leurs isomères. De plus, en cas de souci futur, ce ne sera pas une galère pour en trouver au fin fond d'un trou paumé.

Les batteries sont à l'avant du compartiment moteur, et le câble positif passe le long de la traverse avant. Il aboutit à un bornier au bas du passage de la roue avant droit. On va se retrouver trop long à gauche, et trop court à droite.

Le négatif est constitué de deux câbles, celui de droite allant de la batterie à la traverse avec une cosse de mise à la masse de la caisse située également sur le passage de roue avant droite.

(le fil bleu est le négatif d'une alim stab utilisée pour des tests du circuit électrique - il disparîtra)

De l'autre côté, le négatif va de la batterie à la traverse.

Même problème de longueur.

Pour les négatifs, il suffit de faire passer le gauche à droite et lycée de Versailles. Pour le positif, c'est un peu plus compliqué.

Le bornier positif (sans son capot).
Démontage.
C'est une tige filetée en laiton avec un isolateur en deux parties.
Le câble de masse de bâbord est débarrassé de sa cosse centrale : chalumeau car en plus du sertissage, il y a de la soudure à l'étain. La cosse est récupérée.

Pour adapter les longueurs, les fils doivent être coupés. Ce genre de câble se coupe très facilement à la scie à métaux. Les vrais magasins de fournitures automobiles sont fermés en cette fin de samedi. Donc récupération des cosses.

Pour cela, le reste de brins de cuivre est percé afin de l'éliminer sans endommager la cosse. Elle est ensuite ouverte pour être resertie.

Sertissage et soudure à l'étain (chalumeau bien sûr, un fer électrique ferait rigoler cette masse de cuivre).
Nouvelle liaison à la caisse : le fil est dénudé en un endroit stratégique. Il s'agit du câble bâbord qui passe à tribord.

La cosse de masse récupérée précédemment est sertie puis soudée. La fixation est abaissée après élimination de la peinture.

Il a fallu chauffer très fort, l'isolant a été un peu brûlé. C'est sans importance, de toutes façons c'est à la masse.

La liaison à la caisse de la batterie tribord est terminée .
Comme il n'y a pas assez de longueur pour le positif, le bornier est décalé vers le haut, sous le filtre à air.

C'est fini.

Une batterie dextrogyre à bâbord.

Une batterie dextrogyre à tribord.

Enfin le VM est équipé des isomères les plus courants de batteries au plomb.

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013