cambouis.com

Bloc-notes - 15 octobre 2007

Barbouille (résumé).

Décapage des charnières de portes.

Préparation de la porte gauche, très abîmée malgré le débosselage.

Mastic de charge : Debrasel Al SI 12. Sa dureté est telle que le dégrossissage est fait au disque lamellé sur disqueuse !

Mastic de finition : U-Pol Extra Gold.

Ponceuse orbitale, cales ; contrôle à la règle et au guide de ponçage.

Guide de ponçage : un fin moucheté de peinture noire mate en bombe (sèche très vite).

J'ai aussi essayé un truc perso : noircir au crayon à papier. Ca marche bien, mais ce n'est finalement pas très pratique. le seul avantage c'est qu'il n'y a pas besoin de purger la mine du crayon.

Ponçage.
Ponçage...
Après un après midi d'efforts, c'est terminé. Une zone n'a été ni redressée (inaccessible par l'intérieur à cause des renforts), ni mastiquée (il faudrait près d'un centimètre de mastic).

Passage de l'apprêt sur l'extérieur. La tôle mise à nu est d'abord revêtue d'impression-apprêt 1K en bombe. Séchage accéléré aux infrarouges.

Buse inadaptée sur le pistolet : 1.3 mm alors que Spies-Hecker conseille 1.6 à 1.8 mm. Résultat : une surface très granuleuse, heureusement très facile à régulariser. Mais gaspillage de produit...

Ponçage à l'eau des trois couches d'apprêt, passées à 10 mn d'intervalle.

La poussière blanche se dépose partout : pertes lors du pistolage, et ce que l'aspirateur n'arrive pas à récupérer en sortie de ponceuse. Une horreur.

Ce pistolet (à laquer) est inadapté à l'application de l'apprêt avec sa buse de 1.3 mm.

Le kit buse / aiguille / chapeau de 1.7 mm coûte plus cher qu'un pistolet de grande surface de bricolage ! De plus, le fabricant le déconseille pour les apprêts.

Les deux portes sont apprêtées et poncées.
C'est au tour du hayon.
Impression apprêt sur les zones mises à nu.
Passage des trois couches d'apprêt. Même problème de granulosité de surface.

La zone très restreinte restant libre dans le garage (environ 3 x 2.5 mètres) est transformée en mini cabine grâce à quelques bâches en plastique.

L'atmosphère irrespirable impose combinaison et masque à gaz. Il est très pénible de peindre dans ces conditions. Mais le port de lunettes est impossible à cause du brouillard de pulvérisation.

3 couches de laque brillant direct : un voile léger, une couche sans attendre, puis une troisième après 10 mn.

Après les ailes avant, c'est au tour des portes. Une fois la dernière couche passée et hors poussière, les bâches sont retirées afin d'aérer un peu !

Les portes ne sont apprêtées que sur l'extérieur, mais sont peintes intérieur extérieur : l'une d'entre elle était blanche (occasion).

Les charnières sont en train de finir de sécher elles aussi.

Les deux ailes avant et les portes sont terminées.

Terminées est un bien grand mot... Il y a naturellement des poussières, et surtout de la peau d'orange. Une grande partie de cette peau d'orange a presque disparu après une semaine (!).

Mais je n'y couperai pas : polissage et lustrage indispensables.

Un test a été fait sur une aile arrière destinée au rebut : une couche de peinture passée à la sauvage, volontairement pleine de peau d'orange, de coulures, et de poussières. Le système de finition 3M Perfect It III est remarquable. Ponçage avec du papier P1200 à l'eau, puis à sec (à défaut de papier P1500 ou 2000, en commande). Passage des produits 3M : polissage au Fast Cut 09374, puis du liquide de lustrage machine 09376. On se voit dedans ! L'aspect de surface est remarquable, sans micro rayures ni tourbillons, et les poussières sont devenues invisibles. Pas de problème avec une laque brillant direct. Par contre, s'il c'était agi d'un base vernie, le vernis en aurait pris un coup.

L'application de ces produits de finition a été testée avec une machine à lustrer orbitale Feu Vert à 31€, pour voir. Et bien ça marche très bien malgré le fait qu'elle ne soit pas conçue pour ça (elle est plutôt pour le lustrage et l'application de cires). Par contre, c'est long, et certaines parties devront être faites à la main car le plateau est assez grand (20 cm).

Préparation du capot.

C'est un peu l'angoisse. Les ailes avant et les portes avaient de la peau d'orange, surtout la première à avoir été peinte.

Impression-apprêt sur les zones dénudées, 3 couches d'apprêt (toujours avec la buse de 1.3 mm, inadaptée), ponçage, 3 couches de peinture.

Pas de coulure ni de peau d'orange cette fois.

Ras le bol de l'état de surface de la couche d'apprêt : test avec un pistolet à gravité équipé d'une buse de 2.5 mm (trop grosse, pour voir).

Auvent et coins d'ailes.

Conclusion : il vaut mieux une buse de 2.5 mm et pas de diluant, qu'une buse de 1.3 mm et du diluant. le ponçage sera nettement moins fastidieux !

Le capot, une fois sec, a l'air parfait... à plus d'un mètre ! Il lui faudra un polissage lustrage à cause des poussières. J'ai aussi eu droit à quelques saletés en provenance du compresseur, et passées à travers le filtre. Quelques retouches très localisées à prévoir.

Tout un Range à polir lustrer : un bon nombre d'heures de travail.

Mais étant données les conditions très rustiques et pénibles dans lesquelles sont passées les couches de peinture, il était vain de s'attendre à autre chose.

Tout ça pour aller le pourrir dans les chemins.

Il reste à faire :

  • peinture du hayon
  • peinture de l'auvent
  • peinture des coins des ailes arrières
  • débosselage et masticage des ailes arrières
  • apprêt des ailes arrières
  • peinture des ailes arrières
  • rénovation du toit - peut être peinture
  • polissage-lustrage intégral

Encore du gros taf, quoi...

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013