cambouis.com

Bloc-notes - 26 janvier 2009

Démontage de la boîte d'avances.

Dessous, c'est très sale : couche de vieille graisse formant une sorte de vernis.

Les deux caches donnent accès aux écrous au bout des arbres primaire et secondaire.

Déposer ces caches est également le seul moyen de vidanger la boîte.

Dépose du vernier. Sur cette machine, la quasi totalité des goupilles sont coniques.
 
Le demi carter supérieur est déposé. On voit le double renvoi d'angle et le crabot. Le crabot, actionné par la manette d'inversion de sens, permet de faire avancer la table dans un sens ou dans l'autre, ainsi que de sélectionner le neutre. Ce système peut être relié à un système de tringlerie et de butées réglables permettant d'arrêter automatiquement la table une fois qu'une cote prédéterminée a été atteinte.
L'arbre étant déposé, on accède au pignon conique en bout d'arbre secondaire.

Les écrous situés en bout de chaque arbre sont déposés.

A l'extrême gauche, un godet à huile. Il doit être toujours rempli : il "donne" le niveau d'huile au fond du carter. La vis sans fin et les deux roulements du bas baignent dans l'huile.

Il suffit de poussser l'arbre secondaire...

... pour qu'il sorte par le haut de la boîte.
Le groupe de pignons sort par le côté.
 

Certains pignons sont assemblés par montage "entre cuir et chair".

Il est préférable de ne jamais avoir besoin de les séparer !

Au fond, restent la roue creuse et les pignons petite / grande vitesse.

Ils sont solidaires.

Sous la roue creuse, la cuvette d'une butée à billes.

Il y a encore la butée à billes et la deuxième cuvette à déposer.
Pour dégager l'arbre primaire et ses pignons, il faut d'abord sortir le levier de vitesses. Cet écrou est peu serré. Il faudra y faire attention au remontage : son desserage intempestif a déjà causé la chute de la fourchette au fond de la boîte, occasionnant des dégâts heureusement mineurs...
Une goupille cylindrique à faire sauter pour dégager le mécanisme de vérouillage.
 
En bout d'arbre, une bague en bronze.
L'arbre est poussé par son extrémité inférieure.
Le sélecteur (fourchette) est sorti dans l'autre sens (vers l'intérieur) après retrait de la clavette.
Le godet huileur permettant de remplir la boîte et de surveiller le niveau.
Pendant ce temps, le sol a été décaissé et nivelé.
Une partie des éléments constitutifs de la boîte d'avances après nettoyage soigneux.
L'autre partie de pièces, quelques roulements neufs (moteur et boîte) et un joint spi.
Les carters et le couvercle seront décapés, mastiqués et repeints.
Polisssage du moteur.
Il n'y a plus qu'à couler les 15 cm de béton avec ferraillage doublé pour supporter le poids la fraiseuse et du tour de mécanicien qui complétera un jour le combiné d'établi.

Discussion sur usinages.com : Arrivée de mon Induma à tourelle / page 5

 

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013