cambouis.com

Bloc-notes - 7 février 2009

Désassemblage de la tête.

La partie basse de la tête contient le mécanisme de descente automatique de broche. Tout est noyé dans la graisse ce qui rend difficile l'observation des différents mécanismes. Il faudra attendre d'avoir tout déposé et nettoyé pour y voir plus clair.

De la vieille graisse, ainsi que de la neuve (ou presque) un peu partout.

Un renvoi d'angle. Le mouvement est pris par une roue creuse sur la vis sans fin du bull gear. Il est renvoyé vers la boîte à trois vitesses. Le petit tube correspond à un huileur : lubrification de ce renvoi d'angle et de la boîte (à huile perdue). Mais la tête a été "convertie" à la graisse...

L'état de la graisse au niveau du renvoi d'angle indique que la descente automatique de broche n'a quasiment jamais été utilisée.

Ce levier permet d'engager la descente de broche pour l'alésage et le perçage automatiques. Il approche simplement la roue creuse du mécanisme sur la vis sans fin du bull gear.
 
Dépose de l'huileur, qui a en l'occurence servi de graisseur.
Un écrou. Il est déposé à tout hasard, mais en fait ça ne sert à rien pour le moment.
 
La boîte à trois vitesses.
J'ai rarement vu autant de graisse, sauf dans des pots ou des cartouches !
Le boîtier en est presque inégralement rempli, et ça ne sert absolument à rien. En revanche, le nettoyage ne va pas être une partie de plaisir.

On arrive quand même à apercevoir les arbres et les pignons.

  • en haut : arbre secondaire, avec ses pignons baladeurs
  • en bas : arbre primaire, entraîné par le renvoi d'angle

Détail de l'entraînement par la vis sans fin du bull gear.

Sous un carter latéral en aluminium se trouve le mécanisme d'embrayage transmettant le mouvement au fourreau de broche.

Le carter de protection n'est pas étanche : de très nombreux copeaux sont passés partout, et y sont restés grâce à l'impressionnante quantité de graisse présente à ce niveau. Décidément, le technicien qui a fait la dernière révision de cette machine devait avoir des prix. C'est normalement lubrifié par huile grâce à un huileur sitiué à l'arrière gauche de la tête.

 

Démontages divers en fonction de ce qui tombe sous la main...

Vis d'immobilisation du palier supérieur de l'arbre secondaire.

 
Dépose de l'embrayage : il comporte un limiteur de couple.

Mécanisme de sélection descente / neutre / remontée.

Le bouton a été déposé.

Un circlip...

Le système d'encliquetage à bille. Cette dernière est poussée par un anneau élastique.
Dépose de l'anneau élastique.
Une vis et située à l'opposé...
Retour vers l'encliquetage : une douille...
Récupération de la bille avec un tournevis et un petit aimant posé dessus.
L'extrémité de l'axe de la commande a reçu 4 coups de pointeau : le bouton de commande devait avoir tendance à se dévisser tout seul (astuce classique pour freiner un assemblage vis écrou).
Le bouton est remis en place pour servir d'appui à l'extracteur.
 
Le levier et son mécanisme peuvent alors être déposés.
Au fond, un renvoi d'angle double.

Le premier pignon conique sort facilement.

De la graisse...

Le démontage s'arrête là pour le moment : le deuxième pignon, ainsi que l'arbre, sont bloqués par le pignon situé au bout de l'arbre secondaire de la boîte de vitesses.
Dépose de l'arbre primaire.
Protection des roulements de broche pendant le démontage.
Une douille. C'est là que vient se placer le doigt de la commande engageant la transmission pour l'automatisme.
Une vis sans tête immobilise le palier supérieur de l'arbre primaire.
 
Un jet en aluminium et quelques coups de massette plastique. Ca vient très facilement, sans forcer.
L'arbre primaire vient alors avec la roue creuse et le renvoi d'angle.
Vue plongeante sur le fourreau et la broche.
Pour démonter ce qui reste dans cette zone, il faudra déposer l'arbre secondaire de la boîte.

Discussion sur usinages.com : Arrivée de mon Induma à tourelle / page 14

 

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013