cambouis.com

Bloc-notes - 25 avril 2009

Repose de la lubrification centralisée.

Tout d'abord, démontage et nettoyage de la pompe.
 
Dans le couvercle, un bouchon. Le trou qu'il vient obturer n'est pas nécessaire à l'usinage de quoi que ce soit. Il communique avec la sortie. Peut-être prévu en cas de sortie par une canalisation passant par l'intérieur ? Son alésage correspond en tous cas à un raccordement à compression (olive).

Réassemblage ds sous ensembles après nettoyage soigneux, en particulier de la crépine. En envoyant bien sûr l'air comprimé en sens inverse du trajet de l'huile. Le filtre est en métal fritté. Ce n'est pas une simple grille.

La crépine est assemblée au corps de pompe par un banjo, et il faut naturellement l'orienter bers le bas. L'extrémité de la pompe où vient se brancher la crépine contient le clapet.

Maintenant, le problème des tubulures. Je disposais :

- des cadavres des canalisations cuivre d'origine (4 mm extérieur ou 5/32")
- d'un rouleau de tube souple polyuréthane Legris
- d'un peu de tube pneumatique transparent polyéthylène
- des olives récupérées sur la fraiseuse

Un essai a montré que ces olives sont tout à fait réutilisables. En effet, comme elles serraient du cuivre, l'écrasement ne pouvait pas être très important. Sur du tube souple, il reste beaucoup de marge de serrage. Donc aucun souci avec les olives. De plus, pour du souple de 4 mm, pas besoin d'embouts. Les olives suffisent (précisé dans les documentations Dropsa, et vérifié par essai).

Mais il y a les arrivées qui sont montées en force. Le tout est de faire en sorte que ça tienne bien. Facile avec du cuivre, plus délicat avec du souple.

La solution : élargir l'extrémité du tube. Un chasse goupille de 4 mm fait passer le diamètre extérieur à environ 5 bons millimètres. Les tubes souples sont alors enfilés par l'extrémité non élargie, puis ils sont tirés et l'extrémité élargie est forcée. Il faut tirer fort, ce qui est très encourageant quant à la fiabilité de la méthode.

Pour élargir :

- un peu d'huile et passage du chasse goupille de 3 mm
- le tube est chauffé au briquet pour l'aider à se former
- le chasse goupille de 4 mm est passé à son tour
- nouveau chauffage au briquet

En fin de compte, le tube ainsi modifié conserve définitivement la forme qui lui est donnée. Thermoplasticité ?

Le résultat.

Un tube en place. Il faut vraiment tirer fort pour le faire rentrer. Peu de chances qu'il bouge, d'autant que la pression fournie par la pompe est très faible.

Pour la tubulure amenant l'huile de la pompe au distributeur, j'ai hésité. Le polyuréthane est trop souple à mon goût. Le cuivre récupéré n'est aps très beau (marqué, plié, etc.). Donc, tube polyéthylène. Comme ce tube est relativement rigide, il est formé en chauffant un peu pour lui faire prendre des belle courbes.

Vue d'ensemble.
 
© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 18 juillet 2013