cambouis.com

Remplacement du joint spi avant de vilebrequin du moteur VM

Le joint spi avant du moteur VM a une fâcheuse tendance à fuir, comme sur de nombreux autres, et un joint neuf ne résiste pas "très" longtemps. Une utilisation TT, boueuse, sablonneuse ou poussiéreuse n'y est certainement pas étrangère. Le dernier était bien entamé alors que joint et poulie avaient été remplacés 50 000 km plus tôt.

Sommaire

Généralités

Les opérations décrites ici concernent le modèle 2.5 litres. Quelques différences existent par rapport au 2.4 litres : radiateurs, poulies...

Un certain nombre de facteurs influent sur les fuites d'un moteur :

Démontages préliminaires

Pour remplacer ce joint, il faut tout d'abord déposer les poulies. Voir pour cela Dépose des poulies de vilebrequin du moteur VM. Il est vital de disposer d'un extracteur spécifique : voir Extracteur de poulie de vilebrequin pour moteur VM.

L'accès aux poulies et au joint à remplacer sont peut être possibles sans déposer le système de refroidissement... Ceci n'a pas été tenté ! Il est bien plus facile d'y accéder par l'avant, avec tout le dégagement que l'on veut.

Donc :

On a maintenant un accès parfait...

Quelques précautions :

Nettoyage

Une fois les poulies déposées, on accède au joint, ou plutôt aux joints. En plus d'un classique joint spi, il y en a un autre, de couleur rouge que vient "écraser" la poulie.


Les poulies sont déposées

Avant toute chose, il faut soigneusement nettoyer la zone de travail avec du white spirit, du pétrole, du gazole, de l'essence, du WD40, etc. Avant le nettoyage, il faut empêcher les crasses d'entrer autour de la soie de vilebrequin. Pour cela, préparer un cordon de papier absorbant afin de combler l'espace situé entre joint et vilebrequin.


Protection pendant le nettoyage

Dépose des joints

Il faut travailler délicatement car le joint est placé dans la tôle de protection de la cascade de pignons. Il faut absolument éviter de l'endommager ou de la déformer, ce qui aboutirait à un mauvais centrage du nouveau joint par rapport au vilebrequin. Il se retire sans difficulté à l'aide d'un tournevis; agir progressivement, et sur tout le tour.

Retirer le joint torique.


Dépose du joint spi

Une fois le vieux joint éliminé, on peut apercevoir la pignonnerie; en profiter pour vérifier l'état de la denture.


Pignonnerie

Les nouveaux joints

Le joint spi a subi une modification dans sa fabrication. Il est désormais muni d'une sorte de cache poussière en fibre non tissée poreuse, et absorbant facilement l'huile. On peut supposer qu'il subit une légère expansion lorsqu'il est imbibé (beaucoup de choses, et également les humains, deviennent expansives lorsqu'elles sont imbibées ;) )

Le joint torique est identique à l'ancien modèle. Ce joint de couleur rouge est particulièrement onéreux. Son prix avoisine celui du joint spi..


A droite, le nouveau joint spi

Avant toute chose, il est impératif de vérifier l'état de la portée du joint au niveau de la poulie. Il y a normalement une petite trace. Elle ne doit pas être trop creusée (évaluer avec le doigt, l'ongle...). En cas d'usure excessive, il est possible de décaler un peut les lèvre du joint en montant celui-ci très légèrement en saillie ou en retrait (faire un essai).

Mise en place des nouveaux joints

Le joint doit être monté à ras de son logement. Il doit être strictement parallèle à l'axe du vilebrequin. Il existe un outil spécial de mise en place qui est guidé axialement par la soie de vilebrequin. Un tel outil n'est bien sûr pas dans l'atelier d'un amateur. On devra donc se baser non pas sur l'axe du vilebrequin, mais sur le plan défini par le bord du logement. Il est évident que dans ces conditions la moindre déformation du cache de la cascade de pignons entraînera un positionnement incorrect. Mais on n'a a priori pas le choix...

Pour ce faire, on pourra réaliser un outil de positionnement pour le joint spi de poulie de vilebrequin du moteur VM. Il s'agit simplement d'une plaque d'acier (ou d'une autre matière suffisamment rigide) qui permettra d'amener le nouveau joint strictement affleurant par rapport à son logement. Cette plaque percée en son centre d'une ouverture de 40 mm environ est passée autour du vilebrequin. Le joint a été préalablement placé avec la force des doigts à l'entrée de son logement. Ensuite, on le pousse par l'intermédiaire de cet outil et en donnant de petits coups en croix avec une massette. Il faut procéder le plus délicatement possible, en prenant son temps. Une fois que la plaque touche la tôle, le joint est en place.

Normalement, le joint est monté affleurant, c'est à dire à ras de son logement. Aucune butée n'existe pour en limiter l'enfoncement.


Le joint est poussé légèrement avec les doigts


La plaque de positionnement

L'image ci-dessus n'est pas très explicite ! Il ne faut bien sûr pas taper sur les bords !!!

Le joint spi est maintenant en place. Ne pas oublier le joint torique rouge.


Les nouveaux joints sont en place

Repose de tout le bazar

Selon la formule consacrée : procéder à la repose des différents éléments dans l'ordre inverse de leur démontage...

Couples de serrage

Couple de serrage de l'écrou de poulies de vilebrequin : 152 Nm

Le couple de serrage n'est pas énorme. Il est très facilement atteint par une clé à choc de qualité en 1/2", donc méfiance en cas d'utilisation de cet outil : il faut la régler "léger".

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 17 juillet 2013.
page ajoutée le 15 juin 2004
dernière révision le 30 mars 2005