cambouis.com

Replacer un ressort de suspension déboîté

Un ressort déboîté à l'arrière est un incident relativement fréquent en raison du grand débattement dont bénéficient les Land Rover's coil sprung. Sa remise en place est assez facile.

Sommaire

Généralités

Le déboîtement est fréquent à l'arrière, mais beaucoup moins à l'avant. En effet, le système de triangle et rotule donne une très grande liberté au pont arrière. Le pont avant quant à lui est bien moins libre. Cet incident a d'autant plus de chances de se produire que :

L'exemple ci-dessous correspond à des suspensions fatiguées et une conduite uen TT plutôt mouvementé. La tige inférieure de l'amortisseur est passée à travers la fixation, détruisant les silentblocs. Le pont n'étant plus retenu, il est descendu suffisamment pour que le ressort sorte de sa coupelle supérieure (il est retenu en bas au pont par un fer plat boulonné à la coupelle inférieure). Le pont faisant un angle important, et le ressort lui étant perpendiculaire, il ne peut pas se replacer seul : il travaille en effet normalement en flexion en plus de travailler en compression./ extension. Seul un cône lui permettrait de replacer automatiquement...


Ressort arrière déboîté

Remise en place

Sur le terrain, à condition de disposer d'un cric Hi-Lift, ou d'une zone où l'on peut provoquer un bon croisement on peut le remettre en place sans trop de difficultés. Il faut aussi disposer d'un levier de taille respectable pour le forcer à revenir en place. Il peut être plus simple de procéder selon la méthode décrite ci-dessous et ne nécessitant que deux sangles à cliquet et un cric.

Placer une chandelle sous le pont du côté correspondant, et déposer la roue. Ensuite, déposer l'amortisseur s'il est toujours à sa place (cas d'un véhicule rehaussé à grands débattements)

A l'aide de deux sangles à cliquet diamétralement opposées, on comprime le ressort. On peut l'aider en chargeant le véhicule.


Maintien du ressort comprimé

Le cric est placé au point le plus bas du longeron correspondant. S'il n'est pas assez long, on peut le surélever à l'aide de cales, ici la roue de secours et un morceau de bois. Il faut lever juste assez pour que le ressort puisse repasser dans son logement.

DANGER ! Veiller à ce que le véhicule soit parfaitement immobilisé et le cric parfaitement stabilisé.


Levage du châssis

Si l'on travaille à l'intérieur, s'assurer qu'il reste une marge suffisante entre toit du véhicule et plafond. La tôle de Birmabright risquerait de ne pas apprécier !


Veiller à ce que le dégagement au dessus soit suffisant !

Lever suffisamment pour replacer le ressort dans l'axe.


Pousser le ressort pour le remettre dans l'axe

Une fois la spire d'appui repassée dans la coupelle, on peut relâcher les sangles. Attention, ça part vite !


Ressort de nouveau en place

Enfin, on peut abaisser le cric. Il ne reste plus qu'à remettre en place l'amortisseur.


Terminé

Moralité

Il faut se méfier des suspensions à grands débattements, des ressorts de rehausse, des amortisseurs souples ou fatigués. Il faut aussi se souvenir que les amortisseurs ne sont généralement pas faits pour soutenir un pont et en limiter la descente.

En conclusion, même si cela parait à première vue superflu, des sangles de pont éventuellement combinées à des cônes anti-déboîtement sont indispensables dès que l'on sort du bitume. On peut rouler sans ces accessoires pendant des centaines de kilomètres sans incident, mais il suffit d'un croisement un peu violent, d'une saignée prise un peu trop vite, ou d'un saut pour en arriver là... et gâcher une randonnée. Ici, ce furent près de 500 km de TT et 250 km d'autoroute avec l'amortisseur dans le coffre et le ressort déboîté, le tout avec une tenue de route à la limite du dangereux. De plus, les rebonds auront abouti, dans un passage technique, à une rencontre du montant de pare brise droit, déformant ce dernier et brisant le pare brise. Il aurait suffi de sangler les ponts pour éviter ça...

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 17 juillet 2013
page ajoutée le 9 janvier 2005
dernière révision le 1er avril 2005