cambouis.com

Outillage pour la boîte de vitesses LT77

La révision de la boîte de vitesses Jaguar / MG / Rover / Triumph LT77 nécessite quelques outils spécifiques qu'il est facile de réaliser soi-même.

Sommaire

Support de travail

Land Rover fournit le schéma ci-dessous. Ce support est surtout utile lorsqu'on travaille avec le carter rallonge déposé, et arbre d'entrée dirigé vers le haut, ce qui est la position permettant dépose et repose des trois arbres, de la marche arrière, et des fourchettes. Il est également possible de se servir de ces établis étaux genre Workmate, mais c'est un peu moins pratique. Et puis, c'est un plaisir de réaliser cet accessoire.

La matière première est de la cornière de 30 x 30 mm. Les perçages B ne sont pas vraiment indispensables. Ce sont en fait des fraisages : perçages non débouchants avec un foret de 10 mm. Ils servent à centrer la boîte sur ses vis d'assemblage. On peut les oublier. Par contre, le perçage A est très utile. Il sert à fixer la plaque principale de la boîte au support.


Schéma fourni par Land Rover


Rôle du trou A

De gauche à droite sur l'image ci-dessous (cornière de 30 mm) :

  1. les quatre pieds de longueur 395 mm
  2. les deux cornières de la base, orientées vers l'extérieur, de longueur 375 mm
  3. les deux cornières de la base, orientées vers l'intérieur, et la cornière de la "table"; longueur 268 mm
  4. les deux fers plats de la "table", longueur 155 mm (en fait, c'est de la cornière qui a été utilisée)

(il faut environ 4 mètres de cornière)


Matière première


Une tôle rectangulaire de 5 mm sert de gabarit pour la planéité et l'équerrage


Table et base sont terminées

Deux sous ensembles sont réalisés : la base avec deux pieds, puis la table avec les deux autres pieds. Ensuite, les deux sous ensembles sont soudés l'un à l'autre. C'est la manière la plus simple et la plus précise de s'y prendre. Il serait beaucoup plus difficile de chercher à souder d'équerre et parallèles entre eux les quatre pieds puis d'y ajouter la table. Il y aurait peu de chances que ça s'aligne correctement en raison des déformations dues aux retraits qui se font lors du refroidissement.


Soudage de deux pieds à la base


La base, terminée


Le support terminé

Pour stabiliser le support, on peut en percer la base et la boulonner sur une table ou un établi, ou la poser sur le sol. Dans ce dernier cas, deux batteries posées sur les cornières de la base sont parfaites. Le seul problème en travaillant au sol, outre les précautions à prendre pour ne rien polluer, est que la position de travail n'est pas très confortable... Si on dispose de beaucoup de métal, il est peut être intéressant de réaliser des pieds plus hauts amenant la table vers 1 mètre de hauteur.


Utilisation au sol.

Plaque d'immobilisation d'axe de marche arrière

Tant que la boîte de vitesses reste positionnée avec son arbre de sortie orienté vers le haut, l'axe du pignon de marche arrière reste en place et de pose pas de problème. Par contre, lorsqu'on s'occupe du contenu du carter principal, et que l'on retourne donc la boîte, il faut empêcher cet axe de tomber (carter rallonge en place, un bossage de ce dernier le bloque en translation dans la boîte assemblée).

Un simple fer plat percé est fixé par une vis passée dans un des taraudages de fixation de la platine de fourchette de cinquième.


Axe de pignon de marche arrière


Immobilisation de l'axe du pignon de marche arrière

Vis pilotes

Ce sont en fait des vis sans tête. Ils sont utiles, voire indispensables, pour guider le carter rallonge lors de sa repose. En effet, on doit lors de cette opération aligner correctement le "carré conducteur" de la pompe à huile avec les carrés en creux de ladite pompe et de l'arbre intermédiaire qui l'entraîne. Ces vis permettent un alignement parfait des axes, et il ne reste plus qu'à faire tourner l'arbre pour engager le carré : le carter finit alors tout seul de se mettre en place, sous l'action de son propre poids.

Land Rover indique une longueur totale de 45 mm pour une longueur filetée de 15 mm. En fait, c'est trop court, et les vis dépassent trop peu pour être faciles à retirer ensuite. Prévoir 55 ou 60 mm.


Vis pilotes

Inutile de fileter un rond de 8 mm. Il suffit de couper de longues vis M8 : c'est bien plus rapide. Ensuite, un trait de scie permet l'utilisation d'un tournevis plat.


Réalisation

La photo ci-dessous illustre le principe : quatre ergots de guidage sont placés autour de la plaque centrale. Le carter rallonge vient alors se poser sur le carré d'entraînement de la pompe à huile. En faisant tourner l'arbre de sortie, l'arbre intermédiaire se met à tourner lui aussi grâce à la seule friction de la bague de synchro (inutile d'engager la cinquième). Dès que le carré est correctement orienté par rapport à la pompe à huile, il descend tout seul. Il ne reste alors plus qu'à retirer les pilotes et boulonner le carter.


Mise en place du carter rallonge

Plaque d'immobilisation d'arbre intermédiaire

Il y a au moins trois possibilités pour mettre en place le pignon intermédiaire de cinquième :

La première est évidemment exclue puisqu'en principe on ne dispose pas du kit d'outillage. Sinon, il est inutile de lire ces lignes.

La deuxième est peu sûre, et la matière assez tendre dont est fait l'écrou risque d'en souffrir. Cependant, elle a été testée avec succès. Comme cet écrou est à usage unique, il suffit de se servir de l'ancien pour placer le pignon, puis de le remplacer par un exemplaire neuf que l'on serre au couple prescrit (204 à 231 Nm).

La troisième est la plus directe. Cependant, les chocs sont dans ce cas transmis au roulement avant de l'arbre. Pour éviter cela, il suffit de réaliser une pièce qui viendra soutenir l'arbre et éloignera les rouleaux de leur chemin extérieur.


Mise en place du pignon intermédiaire de cinquième


Roulement avant de l'arbre intermédiaire (à gauche sur la photo)

Tout d'abord, deux pièces de tôle d'acier de 5 mm d'épaisseur, chanfreinées, et dont l'une est meulée sur un angle, sont pointées ensemble à l'arc. Un premier trou de 8.5 mm est percé.


Perçage d'un premier trou

Pour percer le second, la plaque avant est utilisée comme gabarit.


Pointage du second trou


Perçage

Ensuite, soudage de deux plaques l'une à l'autre. Réaliser l'outil d'immobilisation à partir de deux demi épaisseurs facilite la réalisation de l'évidement qui se résume donc à un simple meulage de l'angle de l'une des deux. L'utilité de cet évidement sera expliquée plus bas.


Soudage

L'outil décrit dans la documentation constructeur comporte une rondelle d'appui soudée. Elle permet de ne pas avoir de contact entre bagues de roulement et plaque d'immobilisation. C'est un espaceur.


Une rondelle sera soudée sous la plaque

L'image ci-dessous illustre deux choses :


Mise en situation de l'outil d'immobilisation


Le meulage permet d'éviter le roulement d'entrée

Pour positionner cette rondelle, de la colle est utilisée, ainsi que deux des vis pilotes décrites plus haut. La rondelle est posée et centrée sur l'arbre, puis encollée. Les vis pilotes sont logées dans les taraudages. Elle permettront de positionner la plaque avec précision et douceur. Elles ne sont pas indispensables : avec un peu de doigté, on peut parfaitement s'en sortir sans elles. Mais comme elles ont été réalisées, autant s'en servir...


Centrage de la rondelle sur l'arbre


Collage de la plaque et de la rondelle


La rondelle est parfaitement positionnée

Enfin, la rondelle est immobilisée à la pince étau, soudée, et ragréée. Il n'est bien sûr pas question, même si c'est tentant, de souder directement la rondelle à la plaque en se servant de la boîte comme gabarit ! Les gouttelettes de métal en fusion occasionneraient des dégâts irrémédiables aux roulements, voire même à arbre d'entrée.


L'outil terminé


La plaque ne touche pas le roulement

De cette façon, c'est l'arbre, et non le roulement qui sera soutenu. Ainsi, aucun effort ou impact ne lui sera transmis. Il est alors possible de placer le pignon par percussion. L'outil d'immobilisation est positionné sans bloquer les vis, en laissant un léger jeu axial à l'arbre, de l'ordre de 1 mm, afin de ne pas risquer de faire subir de contre coup au roulement opposé par retour élastique.

Placeur pour synchro de 5ème et bague de sortie

Pas question de frapper pignon et synchro de 5ème, et bague de sortie de boîte pour les mettre en place. Roulement et manchon (en aluminium) risquent de ne pas aimer. Il est vain de chercher à soutenir l'arbre par dessous : le roulement pilote conique situé entre l'arbre d'entrée et arbre de sortie ne peut pas être protégé des impacts transmis. Il faut donc réaliser un outil spécifique.

L'arbre de sortie présente un filetage à son extrémité. Fouiller dans la boîte à écrous exotiques et improbables, et en chercher un qui arrive à s'engager au moins sur deux ou trois tours. Peu importe que les pas soient les mêmes. L'effort à fournir est modéré, l'arbre en acier traité très dur, et on ne risque pas d'arracher les filets.

Une fois l'écrou adéquat trouvé, un autre au standard M10 va y est soudé. M10 est une bonne valeur. Le pas de 150 n'imposera pas un effort musculaire trop important, et la résistance de la tige filetée sera largement suffisante. De plus, un écrou M10 s'adapte parfaitement à celui qui vient se placer en bout d'arbre.


Deux écrous


Bridage des deux écrous avant soudage


L'adaptateur terminé; un coup de taraud M10 a été passé
pour corriger les conséquences de la fusion du métal.


L'adaptateur en place en bout d'arbre


Adaptateur + tige filetée

Pour transmettre l'effort, un tube suffisamment large pour passer autour de l'arbre est dressé au tour. Une rondelle épaulée est également tournée. Sur cette rondelle viendra s'appuyer l'écrou de serrage.

On peut se passer de tour, mais il faudra être rigoureux pour la préparation des extrémités du tube. Lime douce et équerre, afin que la pression soit ensuite bien répartie et que le tube ne se mette pas en travers. Dans ce cas, la rondelle épaulée pourra être remplacée par un morceau de fer plat épais.


Tube et rondelle épaulée


L'épaulement sert à centrer la rondelle, et donc la tige filetée

Le pas de 150 de la tige filetée impose tout de même un certain effort, et il se peut qu'on ait du mal à maintenir l'arbre et le tube. Il suffit d'une pince étau que l'on tient d'une main, pendant que l'on tourne l'écrou de l'autre. La friction du tube sur la pièce à placer suffit à empêcher l'arbre de tourner.


Utilisation pour la pose de la bague de sortie
(simple mise en situation car le
joint spi n'est pas encore en place !)

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 17 juillet 2013
page ajoutée le 2 avril 2006
dernière révision le 2 avril 2006